Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Prince of Persia : L’Ame du Guerrier

Prince of Persia : L’Ame du Guerrier

Le Prince de Perse a pris du poil au menton et n’est plus le jeune homme au cœur pur qu’on a connu dans les Les Sables du Temps. Devenu un guerrier sans pitié, il doit désormais lutter contre la fatalité.
Fin 2003, le come-back de la franchise Prince of Persia constituait l’un des événements les plus marquants de l’année. Pris en charge par le studio d’Ubisoft Montréal, le jeu dévoilait une vision nouvelle génération du genre et définissait la référence de la catégorie plate-forme. Pour cette suite, on garde l’aspect voltige et cascades de l’espace, mais avec des combats qui prennent une dimension supérieure.

Guerrier dans l’âme

Bien naïf celui qui pensait en avoir fini avec les sables du temps. Le Prince est entraîné malgré lui dans de nouvelles aventures où il va devoir faire face à un destin a priori inéluctable : sa propre mort. Catapulté dans une forteresse quelque peu hostile, vous vous retrouvez confronté à une horde de vilains patibulaires qui n’ont manifestement pas envie de passer leurs prochaines vacances avec vous. Si on retrouve la prise en main redoutable de la série, une première évolution surprend : le système de combat. Certes il n’avait pas été optimisé dans les sables du temps. Mais cette fois, les développeurs ont fait le forcing. Des dizaines de combos sont accessibles en cours de partie, pour plus d’une cinquantaine d’armes à manier et à ramasser sur les dépouilles de nos victimes.
Le Prince utilise habilement les éléments de l’environnement, non plus pour la seule exploration, mais pour déclencher des attaques aussi spectaculaires que dévastatrices. On assiste alors à un véritable ballet lors des affrontements.
Un voyage dans le temps

Sans dévoiler la trame du scénario, dites-vous que vous allez devoir effectuer un voyage dans le passé, afin d’éliminer le mal à son origine. Les phases d’exploration toujours aussi aériennes obligent à penser en quatre dimensions. Et le Prince jongle avec le temps de manière remarquable, que ce soit pour le ralentir, l’avancer ou le reculer. Pièges et autres énigmes ne dérogent pas à la règle des suites. Il faudra activer des leviers, utiliser des rideaux pour descendre en douceur, se balancer au bout d’une corde en courant contre les murs, rebondir ça et là dans les niveaux tel un félin. L’architecture de la forteresse n’a rien d’un casse-tête pour les habitués, et à aucun moment on se retrouve face à une difficulté insurmontable. Cela dit, je trouve assez répétitif de devoir refaire un même passage à plusieurs reprises, mais à des époques différentes. Fort heureusement, le système de sauvegardes directement lié aux fontaines disséminées un peu partout dans les niveaux facilite la progression.

Une version finale parasitée

La version finale que nous avons eue entre les mains présente des ralentissements d’animation dès les premières minutes de jeu. Si par la suite tout rentre dans l’ordre, c’est quand même embêtant. D’autant plus que nous nous sommes retrouvés bloqués plus tard dans l’aventure, la faute à un script un peu trop rigide.
L’intelligence artificielle aussi performante soit-elle lorsqu’il s’agit de résoudre les combats donnent en d’autres endroits des signes de fatigue. Rien d’alarmant, mais pour une version commerciale cela fait désordre. Ces soucis ne pénalisent pas outre mesure l’ensemble du soft, mais on avait été habitué à l’excellence avec le premier opus.
En définitive, le sérieux de la réalisation reste de mise et l’approche pugilistique plus prononcée de ce PoP ravira les fans d’action et de combats sanguinaires.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux fans qui ont mûri
- A ceux qui souhaitent découvrir un Prince plus combatif
- Aux joueurs qui aiment décapiter à tout va (accord parental souhaitable)


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Prince of Persia : Les Sables du Temps