Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Persona 4 Arena

Persona 4 Arena

Décliner une série de jeux de rôle en jeu de baston peut sembler surprenant mais Persona se contente finalement de marcher sur les traces de Final Fantasy. Arena s’en tire-t-il mieux que Dissidia ?
Persona, c’est avant tout un univers RPG atypique, s’éloignant des clichés de l’heroic fantasy ou de la science-fiction. On y suit les aventures de lycéens s’aventurant dans un monde parallèle dangereux où ils invoquent leur Persona – une manifestation physique d’un trait de leur personnalité – pour se battre. Plutôt que de s’improviser spécialiste ès baston, le studio Atlus se contente ici d’assurer la scénarisation. Le mode Histoire offre en effet une narration vraiment dense avec des pages et des pages de dialogues ou de descriptions s’intercalant entre les combats. Les fans, en manque depuis quasiment cinq ans, seront heureux de replonger dans cet univers. Les autres pourront passer outre sans en souffrir et néanmoins profiter d’un excellent jeu de baston à travers une pléthore de modes plus classiques (Arcade, Time attack etc.). Car Arc System Works n’a pas ménagé ses efforts pour proposer un titre aussi abouti que ses propres licences. Visuellement, le résultat est fabuleux. Le mélange d’environnements 3D et de personnages 2D liés par des effets dynamiques s’avère explosif, profitant pleinement de l’excellent design de la série.Compulsif agressif

Côté gameplay, on retrouve une prise en main relativement classique pour un jeu de baston, plutôt accessible même, qui offre pourtant une réelle profondeur à travers la variété des protagonistes. Chacun possède un style, une approche différente du combat et les Persona ne font que renforcer cette diversité. Leur intégration est d’ailleurs exemplaire : ces entités peuvent attaquer à distance, y compris dans le dos de l’adversaire ou devenir indisponible si elles subissent trop de dégâts. Le résultat est hyper dynamique, avec des attaques spéciales permettant des retournements de situation in extremis. En ligne, la fluidité est au rendez-vous. Cela étant dit, comme souvent chez ASW, il faut se contenter d’une douzaine de personnages. Ce qui est peu. De plus, la sortie tardive (1 an après le Japon ou les Etats-Unis) et plutôt confidentielle pénalise la communauté online. Les fans de Persona et des titres du studio Arc System Works y trouveront cependant leur compte.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans qui raffolent des jeux de baston qui parlent.
- A celles et ceux qui recherchent un titre à la fois accessible et technique.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Blazblue pour le feeling des combats.
- Persona 4 pour l’univers.