Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Perfect Dark Zero

Perfect Dark Zero

Joanna Dark opère enfin son retour sur console ! Il aura fallu attendre l’arrivée de la Xbox 360. L’égérie de Rare a-t-elle gardé la même pêche que sur Nintendo 64 ?
Plutôt que de remuer le couteau dans la plaie – les joueurs GameCube auront prié longtemps un hypothétique come-back de l’agent Dark sur système Nintendo –, saluons les premiers pas de la série sur un hardware tout nouveau tout beau : la Xbox 360. Il est temps de passer la belle au crible et de voir ce qu’elle a dans le ventre. Je parlais de Jo, bien entendu.

Tout chic tout charme

Dans la lignée de Perfect Dark, cet opus inédit nous place aux commandes de Joanna Dark, agent secret de son état dans un futur proche où conspirations et batailles de corporations font rage. Il faut savoir que les événements du scénario principal prennent place avant ceux du premier volet, d’où ce "Zero" dont le titre est affublé. Ce jeu d’espionnage se présente à la manière d’un Quake-like et offre par la même occasion un arsenal digne de ce nom. On trouve des armes connues et des joujoux plus Hi-Tech qui entrent dans le nécessaire de voyage du parfait agent secret. Cela dit, Joanna ne dispose que d’un emplacement limité pour ses armes à feu et gadgets.
Elle peut malgré tout porter deux pistolets en même temps si le besoin s’en fait sentir. A la manière d’un Halo, il est alors possible de dissocier le tir des deux armes avec les gâchettes du contrôleur. Mais infiltration oblige, les phases de mise à couvert ou autres mouvements spéciaux effectués par Miss Dark se déroulent à la troisième personne.
Jamais seule

La campagne principale vous emmènera aux quatre coins de la planète et permet le jeu à deux en coopération, que ce soit sur écran partagé, en liaison multiconsole ou sur Xbox Live. Les objectifs évoluent en fonction de la difficulté, somme toute relative. En effet, on progresse assez facilement dans l’aventure, qu’on la joue soft ou bourrin. La faute à une intelligence artificielle souffreteuse. Mais on y reviendra. Même tarif pour le multijoueur : quatre participants peuvent se cartonner sur une même console, et jusqu’à 32 sur le Live. Pour les joueurs vraiment très solitaires, il reste toujours les bots, au nombre de 16 maxi sur une même carte. On notera le faible nombre de modes présents en multi.

Zero + Zero = ?

Pour parler franchement, on ne prend pas la claque graphique (trop ?) attendue. Quand on met un Halo 2 à côté d’un Perfect Dark Zero, la différence n’est pas flagrante et ce quand bien même on utiliserait un matériel au format HDTV. Le décalage se fait plus au niveau de l’environnement 3D destructible, encore que...
La Xbox 360 affiche sans rechigner les impacts de balles et propose un moteur physique intéressant, enfin plutôt... bizarre. Quand on voit ce qu’est capable de sortir un Half-Life 2 , la piètre qualité des animations "ragdoll" de PDZ ou certaines lois de physique "sélectives" dérangent.
Que dire de l’intelligence artificielle, que l’on devine parfois proche des légumineuses que cultivait Nicolas le jardinier sur les chaînes hertziennes. Des titres comme Splinter Cell Chaos Theory sont passés par là et ont placé la barre très haut. L’effet nouveauté passé, le bilan est mitigé. Perfect Dark Zero est loin de combler toutes nos attentes en matière de jeu next-gen.

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A ceux qui souhaitent renouer avec la série.
- Aux agents secrets parfaits.
- Aux joueurs qui pensent que les méchants n’ont pas de cerveau.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Premier du genre sur ce support.
- Perfect Dark sur Nintendo 64