Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

NBA Live 08

NBA Live 08

Tout comme il aura fallu un gros tacle de PES dans les ventes de FIFA pour que EA réagisse, la série NBA Live avait besoin de se ramasser quelques dunks en pleine face pour sortir de sa torpeur. C’est chose faite.
Le passage à la nouvelle génération relève véritablement de l’aubaine pour EA, et ce pour une raison qui saute immédiatement aux yeux lorsque l’on compare NBA Live 08 à son concurrent de chez Take 2 : la réalisation. Les graphismes du jeu sont d’une qualité assez exceptionnelle, tant dans la modélisation des personnages, que dans le détail des faciès ou le rendu des terrains. Les animations se révèlent d’un calibre analogue, même si l’on note ponctuellement quelques ajustements guère naturels, et les commentaires renforcent encore l’ambiance. Autant dire qu’en terme d’immersion, ça vole haut.

Comme un chewing-gum à ta basket

Mais cette édition 2008 apporte surtout son lot de changements dans le gameplay. Longtemps conspuée pour son approche arcade, la série s’oriente enfin vers la simulation. Première nouveauté : le pressing. Il suffit de maintenir une gâchette appuyée pour que votre joueur colle son vis-à-vis et le bloque physiquement dès qu’il s’approche trop de votre panier (enfin, Bibby a un peu de mal face à Shaquille). Votre présence et vos gesticulations (sans parler des tentatives de contre) deviennent un véritable obstacle.
Du coup, les phases d’attaque se bouclent rarement à coups de dunk expéditif. Il faut faire circuler la balle et tenter de dégager un joueur (en utilisant des blocages et des permutations), ce qui rend l’action bien plus intéressante.
In Da Zone

La contrepartie offensive de cette approche est triple. D’abord la possibilité d’effectuer des dribbles avec le stick droit, un peu comme dans NHL. Le résultat n’est pas parfait mais permet quelques belles actions. Ensuite un système de passe directe (avec des boutons correspondants pour chaque joueur) complètement repris sur la série de 2K (le plagiat, c’est bon, mangez-en !). Enfin, le système de Hot Spots. La raquette est fragmentée en une multitude de territoires, et un code couleur indique l’efficacité de chaque joueur sur chaque zone. Du coup, on cherche à effectuer ses tirs ou ses paniers depuis un coin rouge (hot), ce qui renforce l’importance du placement et donc l’aspect tactique. Sauf que…

Ach ! Sabotaaaaage !

Les intelligences artificielles (IA) ressemblent aux humains : elles sont toutes égales, mais il y en a qui sont rudement plus égales que d’autres. Par exemple, celle qui gère vos adversaires se montre d’une efficacité redoutable dans sa circulation du ballon ou ses contre-attaques fulgurantes et au besoin, triche un peu pour revenir au score. Une interception, un vol de balle, un tir à 3 points, un faute défensive et pan, 9 points dans les dents. C’est pas méchant… Et puis il y a l’IA de vos équipiers, que pour des raisons d’anonymat nous surnommerons "Q.I. de moule".
Elle se replace lentement, peine à suivre vos attaques éclairs, regarde parfois passer les adversaires sans bouger… Ce n’est pas systématique, et le jeu demeure équilibré, mais on s’étouffe d’insultes lorsque cela arrive.
A cela s’ajoutent d’autres petits défauts comme les réactions lentes sous le panier lors des rebonds offensifs, les fautes parfois obscures ou le délirant décalage entre les statistiques et les performances réelles pour les équipes nationales (tiens, les USA ont les meilleurs stats ! Pourtant, l’Espagne est championne du monde…).

Du coup, même s’il marque une réelle évolution dans la série, offrant un gameplay capable d’enfin rivaliser avec la concurrence, ce NBA Live 08 conserve une grande marge de progression.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 3 ans à peine plus grand qu’un ballon
- Aux fans de water-polo…
- et accessoirement de basket-ball


Vous aimerez si vous avez aimé :
- NBA Street Homecourt