Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

NBA 2K11

NBA 2K11

S’il est un sport dans lequel Electronic Arts peine à s’imposer, c’est bien le basket. 2K règne en maître et se paie même le luxe de sortir de sa retraite l’emblématique Michael "Air" Jordan.
L’espoir d’incarner la star des Chicago Bulls a de quoi séduire plus d’un fan de basket, même celui qui ignore depuis longtemps les adaptations virtuelles de ce sport. Une porte d’entrée grand public qui ne doit pas masquer la réalité : NBA 2K11 est une simulation pure et dure, la meilleure mais aussi la plus pointue.

S’entraîner, s’entraîner, s’entraîner

Du coup, n’espérez pas enchaîner les alley-hoop de folie en perforant la défense comme du beurre. Ici, il faut construire son jeu, s’installer dans la zone adverse et faire circuler la balle pour démarquer un partenaire, alors susceptible de marquer.Cela nécessite de la pratique, beaucoup de pratique car les commandes de base (passe, tir, sprint) ne suffisent pas. Pour faire la différence dans un match, vous devez impérativement apprendre à maîtriser tous les dribbles et les feintes impliquant des combinaisons de sticks et de gâchettes. Des efforts qui se trouvent largement récompensés une fois sur le parquet, lorsqu’on parvient à mettre un adversaire dans le vent pour finaliser un dunk monstrueux.

C’est dans le jeu !

La physique de balle, la gestion des collisions entre les corps, la décomposition des animations dynamiques donnent des séquences de jeu d’une crédibilité assez phénoménale. Il faut dire que la réalisation est impressionnante sur certains points. Certes, les visages ne sont pas toujours parfaitement ressemblants. Certes, les animations durant les temps morts souffrent d’une raideur robotique, mais dès que la partie commence, à distance de caméra télé, le rendu est d’un réalisme bluffant. L’ambiance sonore, qu’il s’agisse du public ou des commentaires (en anglais pour plus d’authenticité), n’est pas en reste, assurant une immersion au top. Un degré d’excellence cependant coutumier de la série. Il faut l’admettre, malgré quelques améliorations dans le système de drible et un habillage un peu plus étoffé du mode Carrière, les nouveautés se font rares. On retrouve les modes habituels (playoff, saison, etc.), la mise à jour en temps réel des équipes, les matchs en ligne à 5 contre 5.

Dites 23

Pour les habitués, l’intérêt réside essentiellement dans l’arrivée du grand Jordan. Plus qu’une simple photo sur la jaquette, le mythique athlète bénéficie d’un mode permettant de revivre une période très particulière où le basket américain se révélait au reste du monde, où la Dream Team dominait les Jeux Olympiques. Dix matchs ayant marqué la carrière de Jordan, entre 85 et 98, sont disponibles, ramenant à leur âge d’or les Scottie Pippen, "Magic" Johnson, Charles Barkley et autres Patrick Ewing. Ne vous attendez cependant pas à une balade de santé car il vous faut à chaque fois égaler les performances surréalistes du numéro 23 des Bulls, la carotte étant de pouvoir ensuite lancer un jeune Jordan dans une carrière moderne. Modèle d’intégration entre un grand joueur et un grand jeu, ce NBA 2K11 nous prouve qu’il y a définitivement un aspect négligé dans le sport virtuel : la nostalgie. Espérons que ce coup d’essai transformé donnera des idées à Visual Concepts pour la suite.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 5 ans
- Aux fans de Michael "Air" Jordan

Vous aimerez si vous avez aimé :
- NBA 2K10