Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Monster Madness

Monster Madness

Lorsque vous étiez petits et que vous offriez un cadeau un peu… décalé, à votre maman, elle vous disait gentiment que "c’est l’intention qui compte". Mais les éditeurs d’Artificial ne sont plus des enfants, et leur jeu n’est pas un cadeau.
Monster Madness regorge de bonnes intentions. Cette espèce d’Ikari Warriors en 3D sur fond de zombis joue à fond la carte de la parodie. Son style "Comics" suscite la sympathie, tout comme ses héros caricaturaux (le nerd, le dude, la gothique et la superficielle). Les ennemis ne sont pas en reste avec quelques délires sévères comme la grand-mère zombie qui vous colle des fessées, les chihuahuas agressifs, les Bigfoot aux pieds géants… D’autant que sans être une tuerie visuelle, le jeu s’en tire plutôt bien, avec de jolis effets de lumière et de déformation. Ajoutez à cela un arsenal améliorable, la possibilité de jouer de 4 à 16 simultanément, et vous obtenez un titre plein de promesses.

Du solo de groupe

Malheureusement, Monster Madness est un ratage. S’il parvient à faire illusion sur les trois premiers niveaux, les choses ne cessent de se dégrader au fil de l’aventure. Certes, la prise en main n’est pas excellente mais l’on pourrait s’en satisfaire. Certes, l’action s’avère terriblement répétitive, mais Artificial fait quelques efforts pour inclure des variations (décors, véhicules, armes, métamorphoses).
Pourtant, cela n’excuse pas les variations aberrantes de difficulté, avec des ennemis simples et d’autres qui vous butent parfois en 2-3 coups (loups-garous), voir instantanément (Bob Zombie), des passages qui nécessitent clairement d’être au moins à deux joueurs (forcément, quand on ne peut pas conduire et tirer d’une voiture armée, ça fait une énorme différence).
Cela ne compense pas des phases de conduite de profil à peine jouables (surtout quand deux bulldozers vous poursuivent). Cela ne justifie pas qu’un jeu, visiblement axé sur la coopération, incite à la concurrence et surtout, espace autant les points de résurrection. Lorsqu’un ami meurt, il se peut qu’il attende 10 minutes avant de pouvoir revenir vous aider. Super ! Et puis il y a tous ces éléments mal réglés : les paralysies ou étourdissements qui durent un peu trop longtemps, la moitié des diamants lâchés par les adversaires trucidés qui disparaissent avant que l’on ait le temps de les ramasser, la myriade d’objets à utiliser pour latter les zombis, rendue inutiles par la puissance des armes… On sent le manque d'expérience.

Allo, Houston…

Puis se manifestent les soucis techniques, avec des ralentissements monstrueux dès que les ennemis se multiplient en extérieur (et plus on avance, plus ils sont nombreux). En multi, les situations initialement chaotiques deviennent du grand n’importe quoi.
A cela s’ajoute une multitude de bugs de collision : des murs invisibles qui vous barrent le passage (avec des objets à ramasser hors zone de jeu) et des endroits où votre personnage peut simplement rester coincé, sans autre alternative qu’un suicide.
Remarquez, cela arrive aussi aux ennemis (que l’on se charge de suicider dans un acte de charité), mais est-ce vraiment une consolation ? Je ne rentrerai même pas dans les détails concernant les bugs des tapis roulants, des grues, des objets empilés, mais disons qu’il y a de quoi entamer une collection.

Purgé de ses nombreux problèmes ou vendu sur le XBLA aux côtés d’Assault Heroes, Monster Madness serait sans doute recommandable, mais au prix fort, les bonnes intentions ne suffisent pas.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans
- Aux fans de comics et de zombis
- Aux nostalgiques d’Ikari Warriors, Expandable & co.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Assault Heroes sur le XBLA
- Dead Rising dans le genre je trucide des armées de zombis.