Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Monkey Island 4

Monkey Island 4

Pour ce quatrième volet de la saga, LucasArts a jugé bon de réaliser une adaptation console. Et ce ne sont pas les possesseurs de PlayStation 2 qui vont s'en plaindre. C'est reparti pour de nouvelles aventures avec Guybrush.
La série des Monkey Island, qui en arrive ici à son quatrième volet, mais également le premier à voir le jour sur console, constitue l'une des sagas les plus anciennes et les plus réussies du jeu d'aventure. Avec son héros looser, pirate à la petite semaine, et ses innombrables gags et situations délirantes, elle s'impose comme une référence du genre sur PS2.

Déjà le quatrième opus !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas les trois volets précédents parus sur PC, disons que Guybrush Threepwood (une sorte de héros malgré lui) est aux pirates ce que Gaston Lagaffe est aux jeunes cadres dynamiques. Pas facile de passer pour un vieux loup de mer quand on a ni crochet, ni jambe de bois ni même de bandeau sur l'oeil. Lors des épisodes antérieures, notre héros a eu l'occasion de faire de nombreuses rencontres : le terrible fantôme du pirate LeChuck, la belle Hélène qui finit par accepter de l'épouser (par lassitude ?), des marins tous très "hauts en couleur"
et une tripotée d'animaux tous aussi bizarres que des singes à trois têtes ou des caniches de combat cannibales. Ajoutez à tout cela une pincée de vaudou, des duels d'insultes et une bizarre tendance à se moquer des vendeurs d'assurances et vous aurez une petite idée de ce qui vous attend.
Vous avez dit "Kangourou" ?

La lune de miel de Guybrush et d'Hélène, rassurez-vous, aura été de courte durée. De retour à la maison, mauvaise surprise : une abominable menace pèse sur la région toute entière. En effet, un promoteur australien "rachète" de force toutes les îles de l'archipel pour les transformer en une zone de développement-économique- durable- dans- lequel-le- consommateur- pourra- découvrir- sans risque- la- vie-des- pirates- d'antan- tout- en- se- procurant- d'authentiques-souvenirs- pour- touristes(tm)". Glurps. Autant dire que la situation est grave. Et devinez qui va devoir lutter contre ces manigances capitalistes ? Guybrush en personne. Autant dire que c'est pas gagné d'autant que LeChuck ayant signé un contrat d'exclusivité avec LucasArts, ce serait bien le diable si votre vieil ennemi ne rôdait pas dans le coin...

Au final

Graphiquement, les gars de LucasArts ont fait un boulot exemplaire, et cette version PlayStation 2 n'a d'ailleurs rien à envier à son homologue PC. Le touch cartoon de la saga a bien survécu au passage à la 3D. Si le fanatique trouvera l'histoire un tantinet courte, les énigmes un peu tordues demanderont au joueur moyen de faire preuve d'un minimum de réflexion. La réalisation sonore est à la hauteur des attentes, entre ambiance tropicale, bruitages tordants et voix en français nickel, on a notre compte !
Le contrôle à la manette est un modèle de simplicité. Les champignons analogiques servent à se déplacer et à scroller dans les choix de répliques, les différentes actions sont configurées judicieusement sur les boutons... le jour et la nuit par rapport à la version PC.
Escape From Monkey Island apporte un peu de gaieté et de fou rire dans une ludothèque qui n'est pas vraiment mort de rire pour le moment. Rien de tel pour passer l'été au chaud, sous les sunlights des tropiques.

Test réalisé par Guillaume Pan / Fred.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui veulent découvrir un bon jeu d'aventure sur PS2.
- Aux experts
- Aux débutants pour peu qu'ils soient patients.


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Le premier jeu d'aventure à se tordre de rire sur la console