Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Metroid Zero Mission

Metroid Zero Mission

Le second épisode de Metroid à voir le jour sur GBA vous invite à revenir sur la genèse de la belle Samus Aran. Au programme, toujours de la plate-forme, de l’exploration, de la chasse aux aliens, et en prime cette fois-ci, un brin de nostalgie.
Ainsi donc, plutôt que de proposer une séquelle à Metroid Fusion, Nintendo a choisi de faire un flash back sur les origines de sa glorieuse série. L’occasion pour les joueurs de découvrir Samus Aran, la chasseuse de prime émérite, de retour sur sa terre natale, la planète Zebes, et sur le point d’affronter pour la première fois ses ennemis jurés : d’un côté les Metroid, ces aliens gélatineux qui se nourrissent de l’énergie des corps vivants, et de l’autre, les pirates de l’espace bien résolus à se les approprier pour les muter en armes destructrices... Sniff, un pur moment d’anthologie.

Un remake revu et corrigé

Rassurez-vous, si Metroid Zero Mission contient sa part de séquences nostalgie, la cartouche est loin d’être un simple remake du jeu paru sur NES en 1986. Séquences d’action et cut scenes inédites sont également de la partie. Quant au graphisme, il tire pleinement profit du potentiel de la console avec de splendides cinématiques, une architecture des décors d’une extrême finesse, et des boss massifs, plus impressionnants que jamais. Dans le principe, le jeu est également beaucoup plus proche de Metroid Fusion que du modèle original : cartes détaillées des différents secteurs (avec directives s’affichant au fur et à mesure), nombreux points de sauvegarde, munitions et points de vie distribués avec beaucoup de générosité...
En bref, tout a été prévu pour que la progression se fasse sans trop de heurts. Et sauf vers la fin de l’épopée où l’on se retrouve temporairement privé de sa combinaison et de son arsenal meurtrier par les pirates de l’espace (Hoops ! Subitement je me sens toute nue), il est vrai que l’on bute rarement bien longtemps sur le même passage.
Instants fugaces de bonheur

Au niveau du gameplay, là aussi, le soft demeure très proche de son prédécesseur. On avance, on shoote (piu, piu), on saute d’une plate-forme à l’autre (hop, hop), on avance encore. Au fil de la progression, on gagne de nouvelles capacités (vitesse éclaire, morph ball, possibilité de s’agripper), armes (bombes, super missiles), améliorations pour sa combinaison, etc. C’est sans surprise certes, mais la maniabilité, est, une fois encore, impeccable, et c’est bien là l’essentiel. En revanche, reste deux aspects sur lesquels on trouve à redire : le scénario, plus basique que celui de Metroid Fusion (ici, pas de complot fomenté contre Samus pour alimenter le suspens), et la longévité, trop brève (six heures au grand maximum).
Et ce ne sont pas les quelques bonus à débloquer (galeries d’images dont une accessible via la compatibilité avec Metroid Fusion, Metroid original paru sur NES) qui risquent de remédier au problème. Dommage, car même si le jeu reste très bon, un effort de ce côté-là et il aurait facilement pu grappiller encore un ou deux points supplémentaires.
Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux accros de la série
- Aux fans du précédent opus curieux d’en savoir plus sur les origines de Samus
- A ceux pour qui une bonne durée de vie n’est pas un critère de choix


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Castlevania : Circle of the Moon
- Metroid Fusion