Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

LFP Manager 2005

LFP Manager 2005

S'il est un exercice périlleux sur console lors de l'adaptation d'un jeu de gestion de club de football, c'est de trouver la recette idéale pour faciliter au maximum l'interface jeu. Heureusement, la multiplication des boutons de nos manettes est un atout pour s'y retrouver.
EA lance dans l'arène (et sur Xbox pour la première fois) l'édition 2005 de son jeu phare en matière de gestion de club de foot : "Laissez s'exprimer le génie qui est en vous et gérez de vrais championnats, de vraies équipes et de vrais joueurs", la première phrase du manuel donne le ton. Priorité au réalisme, et sur ce point LFP Manager c'est du costaud.

Une base de données impressionnante

Le contenu de LFP est gargantuesque, son succès reposant en partie sur une base de données toute récente. Ainsi, Saviola est bien à Monaco et Guily au FC Barcelone. Au menu, plus d'une vingtaine de championnats européens comprenant les divisions de l'élite mais aussi les divisions inférieures (Ligue 2 par exemple). France, Allemagne, Espagne, Italie, Angleterre, la liste est longue tout comme celle des joueurs. La partie débute avec différentes possibilités : entamer une carrière dans le club de son choix (y compris les clubs de l'élite : Real Madrid, Arsenal, Bayern, Juventus), dans l'un des trois clubs tirés au sort par l'ordinateur du pays sélectionné, créer son club de toutes pièces.
Après ce choix cornélien, le joueur se répartit des points de compétence qui influeront sur le comportement de l'équipe et sur ses relations avec les footballeurs étrangers (aptitude à motiver, compétences d'entraîneur, entraîneur des gardiens, compétences à la négociation et maîtriser une langue étrangère très utile pour faciliter les négociations avec les clubs étrangers).
Un titre aussi grand public malgré les apparences

Selon les options cochées, le joueur peut (à tout moment de la partie) atténuer son rôle dans certains compartiments du jeu et les déléguer à des assistants. Le but, se concentrer sur les aspects du jeu que chacun estime prioritaire à ses yeux. Cette souplesse évite à certains de passer un temps interminable à identifier tous les problèmes d'un club, mais c'est aussi le challenge que les puristes recherchent avant tout. Du coup, le jeu ne limite pas à une catégorie de joueur aguerris et au contraire s'adresse à un large public d'amateurs. De votre bureau de quasi-ministre, il convient de gérer un nombre incalculable de paramètres : contrats publicitaires, aménagement du stade, contrat des joueurs, transferts, entraînements, équipe junior, tactiques de jeu, merchandising, etc... Le maître mot est : optimiser.

Entraîneur c'est être un fin psychologue

Sur le banc, la vie d'entraîneur est plutôt frustrante. Il reste possible de vociférer des consignes pendant le match, et même de faire un rapide briefing à la mi-temps pour motiver les troupes si besoin est. La partie tactique, qui peut être modifiée à tout instant en cours de match, à été l'objet d'une petite révision. Si le cœur vous en dit, il est possible de développer une centaine de formations différentes. Autant préciser que seuls les fins tacticiens y trouveront un réel plaisir.
Si le recrutement, aspect essentiel du jeu n'a pas fait l'objet de modification, il en est autrement des statistiques des footballeurs. Chacune des compétences s'échelonne de 0 (pour les plus nuls) à 90 (pour les plus talentueux), de quoi compliquer un plus le recrutement, mais aussi d'affiner le joueur type recherché pour son équipe.
Un football fusion

La petite touche amusante se trouve dans l'éventualité de vouloir créer son propre club de toutes pièces à l'aide d'une base de données d'environ 50 000 villes (anglaises, écossaises, autrichiennes, suisses et allemandes) issues du monde réel, de choisir son écusson, sa tenue et son stade. L'objectif, attirer les meilleurs joueurs du européens pour former l'équipe de ses rêves. L'option "Football Fusion" est de nouveau au menu et permet d'exporter une rencontre dans FIFA Football 2005 pour disputer la rencontre. Côté graphique, le moteur 3D est une version édulcorée utilisée pour FIFA 2005, et l'ensemble est plutôt pas mal. L'interface est simplifiée au maximum mais il vous faudra quelques heures pour tout maîtriser.

Test réalisé Richard ROGER

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux clones de Guy Roux
- Aux puristes
- Aux insomniaques


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Roger Lemerre 2004