Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Last Window : Le Secret de Cape West

Last Window : Le Secret de Cape West

Plus de trois ans après le sympathique Hotel Dusk : Room 215, Cing propose aujourd’hui sa suite, baptisée Last Window.
Kyle Hyde est un homme malheureux. En tous cas, il a des raisons de l’être. Tout juste viré de l’agence Red Crown, il apprend en rentrant chez lui que sa propriétaire a vendu la résidence où il habite et qu’il doit trouver un nouveau logement sous peu. Mais plusieurs incidents vont rendre ses dernières semaines à Cape West plus qu’intéressantes. Les secrets des habitants de la résidence vont petit à petit refaire surface, y compris le passé de Kyle. Un homme mystérieux du nom de Rex Foster enquête sur lui et inquiète les autres résidents. Sa propriétaire cherche à cacher un meurtre qui a pris place il y a 13 ans ici même et cela semble étrangement lié à l’atmosphère angoissante qui habite les couloirs de Cape West depuis quelques jours. Et devinez qui va devoir dénouer ce sac de nœuds ? Vous, évidemment.

Jeu d’aventure à l’ancienne
Pour mener à bien cette nouvelle enquête, Last Window vous propose un système de jeu identique à celui d’Hotel Dusk. Vous tenez la DS à la verticale, comme si vous lisiez un livre, l’écran de gauche offrant une vue subjective des décors en 3D, l’écran de droite vous sert à vous déplacer en pointant la direction dans laquelle vous souhaitez aller avec le stylet. Le gameplay fait beaucoup penser aux bons vieux "point and click" qui pullulaient sur PC il y a 15 ans. Dès qu’une interaction avec le décor ou avec un personnage est possible (parler, entrer dans une pièce, examiner des objets), l’option correspondante se met à briller à l’écran. Les dialogues entre protagonistes sont l’occasion de poser de nombreuses questions sur le passé de chacun et d’assembler petit à petit les pièces du puzzle, même si l’histoire démarre très, très lentement. C’est aussi l’occasion d’admirer la patte graphique du titre, un style "crayonné" très réussi fait de personnages griffonnés en noir et blanc qui bougent de manière très crédible, apportant un vrai plus à l’immersion du joueur dans l’aventure. C’est seulement lors des passages critiques du scénario que les couleurs apparaissent pour signaler au joueur qu’il se passe quelque chose d’important pour sa progression.

Mêmes qualités et mêmes défauts

Last Window peut aussi se vanter de proposer une aventure intéressante, avec des personnages assez creusés, qui donnent envie d’aller plus loin dans le scénario. Mais c’est par moments loin d’être évident tant le jeu s’avère ultradirigiste, comme son prédécesseur. Si vous ne déclenchez pas tel événement en effectuant telle action, vous serez tout simplement bloqué. Et le problème se pose à de nombreuses reprises tout au long de l’aventure. Un exemple ? Pour récupérer des pièces dans une tirelire, vous aurez besoin d’une petite règle planquée dans un carton. Simplement, si vous n’êtes pas allé examiner la tirelire de près avant de prendre la règle, vous ne pourrez pas vous en saisir. Et impossible pour vous de sortir de la pièce tant que vous n’avez récupéré cet argent, bien qu’il y ait largement de quoi faire à côté. On a trop souvent ce sentiment d’être une petite souris enfermée dans sa cage, mais sans que cela n’affecte le charme de l’aventure et le plaisir de jeu. C’était le défaut majeur d’Hotel Dusk et Last Window a donc hérité des mêmes tares. Les amateurs du premier volet trouveront certainement donc leur bonheur avec cette suite, les autres pourront quant à eux toujours se laisser séduire par le scénario prenant de ce "roman interactif" qui ne manque pas de charme.

Test réalisé par Romain Mabil.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de 12 ans et plus
- Aux amateurs de jeux d’aventure à l’ancienne
- A ceux qui ont accroché au principe d’Hotel Dusk ou des Another Code

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Hotel Dusk : Room 215
- Another Code : Mémoires Doubles