Le projet micromania-zing . découvrir !
Suivez-nous
Menu

Knack

Knack

Pour fêter l’arrivée de la PS4, Sony s’offre une nouvelle mascotte qui grossit à vue d’œil. Ratchet, Clank, Sly et toute la clique ont-ils du souci à se faire ? Pas sûr...
Dans un monde futuriste, les humains utilisent le pouvoir de mystérieuses pierres magiques, qu’ils appellent des reliques. Conçu grâce à cette technologie, Knack est une sorte de petit golem, qui aide les hommes à combattre les vilains gobelins. La particularité de notre héros ? Pouvoir absorber d’autres reliques, afin de grandir de plus en plus et de devenir super balèze. Knack parvient aussi à se combiner à d’autre matériaux, comme du verre, ou de la glace. Des mécaniques de jeu qui peuvent sembler intéressantes, à première vue. Malheureusement, DualShock 4 en main, on en voit rapidement le bout. Tout est scripté : vous grossissez, ou rétrécissez, uniquement lorsque le scénario le prévoit. Idem pour l’utilisation des éléments des matériaux, qui s’avère sous-exploité. La furtivité liée au verre, par exemple, ne sert qu’à passer à travers quelques rayons lasers, le temps d’un niveau, et non à vous faufiler dans le dos des ennemis. Bof.Knack-out
Malgré son histoire gentillette et son identité visuelle assez enfantine, Knack dissimule en réalité un beat’em all, à la difficulté étonnamment piquante. Ce n’est pas un mal en soi, mais le rassemblement des deux concepts s’avère un peu paradoxal. Hormis quelques puzzles vite résolus et deux, trois passages de plateforme, histoire de dire, vous passez le plus clair de votre temps à envoyer des pains dans les dents de vos ennemis. Ici, pas question de foncer dans le tas. Il faut vraiment apprendre à décrypter les enchaînements des adversaires, au risque de se faire ramasser en moins de temps qu’il n’en faut pour dire "Knack". Deux ou trois coups seulement peuvent envoyer au tapis. Côté joueur, les possibilités de réponse s’avèrent malheureusement limitées en variété : un unique combo d’attaque, une esquive et trois coups spéciaux, qui dépendent d’une jauge de cristaux. Le tout disponible dès le départ. Point barre. Par conséquent, les situations viennent vite à se répéter et l’action tourne rapidement en rond.

Rincez et répétez
Propre et joli visuellement, Knack propose un nombre de niveaux et une durée de vie honnêtes, pour le genre. Quelques petits trésors cachés, à dénicher tout au long de l’aventure, agrémentent le tout : des améliorations à rassembler, ou des cristaux pour changer l’apparence du héros. Malheureusement, l’architecture des niveaux, linéaire et redondante, finit par endormir. Si bien qu’on n’arrive jamais à rester très attentif et qu’on se fait ramasser comme un bleu dès que les ennemis débarquent. Au final, malgré un certain capital sympathie, Knack est donc un jeu moyen qui aura un peu de mal à trouver son public. Enfantin, mais pas vraiment simple, original, mais rébarbatif : ce n’est pas trop grâce à lui que vous craquerez pour une PS4. Sachez néanmoins qu’il est possible de s’y amuser à deux, en coopération, avec une seconde manette, ou une PS Vita, en mode lecture à distance. L’autre joueur incarne une version robotisée de Knack, très résistante, qui permet de diminuer la difficulté : une solution pour aider le fiston, ou la petite sœur, qui galère.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

À qui s’adresse ce jeu ?
- Aux nouveaux acquéreurs de PS4 âgés de plus de 7 ans.
- Aux jeunes joueurs assez agiles de leurs pouces.
- Aux amateurs de beat’em all pas trop regardants.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Les Ratchet & Clank sur PS2 et PS3
- Katamari Forever sur PS3