Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Kane & Lynch 2 : Dog Days

Kane & Lynch 2 : Dog Days

Faire la suite d’un jeu peu marquant est toujours un pari risqué. Kane & Lynch 2 est la parfaite illustration de cet axiome.
Comme Army of Two : The 40th Day, Kane & Lynch 2 : Dog Days se déroule à Shanghai. La municipalité doit vraisemblablement offrir des tarifs préférentiels pour les ex-mercenaires en mal d’action. Là où le titre d’EA, bien que basique, proposait personnalisation d’armes et un mode coop imaginatif, Kane & Lynch 2 s’apparente à une séance de tir frénétique étalée sur une douzaine d’heures et pas grand-chose d’autre.

Belles images

Ça démarre plutôt bien pourtant. La mise en scène visuellement granuleuse, avec caméra épaule et couleurs saturées, tisse une atmosphère viscérale. La contrepartie, c’est que certains seront probablement sollicités sur le plan gastrique car aucun plan n’est fixe.Question scénario, c’est du niveau d’un mauvais téléfilm avec Steven Seagal : Kane arrive à Shanghai pour finaliser un trafic d’armes. Il y retrouve Lynch et, bien entendu, toute l’affaire tourne au vinaigre. La narration a au moins le mérite d’être efficace et de bien s’intégrer au gameplay. On n’incarne plus Kane, mais un Lynch gras du bide qui semble avoir passé les années séparant les deux aventures affalé sur un canapé à s’empiffrer de donuts.

J’me sens tout mou

S’il y a un domaine dans lequel les consoles HD performent, c’est bien dans les jeux de tir. Qu’ils soient FPS (Call of Duty, Halo, Killzone) ou TPS (Uncharted, Gears of War) le standard reste très élevé. En comparaison, l’action de Kane & Lynch 2 paraît brouillonne. Aucun intérêt à adopter la philosophie "une balle, un mort" puisque de toute manière la plupart des ennemis semblent posséder une tête en kevlar renforcé. Il est plus avantageux d’arroser la scène copieusement. D’un côté, on peut considérer que le parti pris est réaliste puisque les gangsters ne sont pas des tireurs d’élite issus des commandos. Et si on se base sur le cinéma, effectivement dans les films du genre, ça tire partout et ça vide des chargeurs à la chaîne. Ce n’est pourtant pas une raison pour rendre l’ensemble cotonneux et c’est le plus gros problème du jeu. Bien qu’incessante, l’action est molle : Lynch se traîne, les fusillades manquent de jus, l’IA est erratique, et au final on ne croit jamais aux situations du jeu : comme cette fusillade sur un tronçon de périphérique dans laquelle absolument aucune voiture n’explose, pas même un énorme camion citerne planté là.

Il faut oublier le passé

Si le mode en coopération n’est guère plus engageant que le solo, bien que la perspective de s’ennuyer à deux est toujours plus amusante que de le faire seul, le seul point vraiment positif de Kane & Lynch 2, c’est le mode multi Fragile Alliance. On a un temps limité pour réussir un braquage et atteindre le van pour s’enfuir sous le feu nourri de la police. Il est possible de tuer ses coéquipiers pour voler leur butin et si on se fait tuer, on revient dans la peau d’un flic. Bien conçu, Fragile Alliance ne suffit pourtant pas à faire de Kane & Lynch 2 un incontournable. Il faudrait peut-être songer à laisser cette série sombrer définitivement dans l’oubli et passer à autre chose. Un nouveau Hitman, par exemple ?

Test réalisé par Emmanuel Touchais.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 18 ans
- A ceux qui aiment l’action "nanardeuse"
- A ceux qui recherchent avant tout une ambiance

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Kane & Lynch : Dead Men