Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Juiced 2 : Hot Import Nights

Juiced 2 : Hot Import Nights

S’il est déjà risqué d’essayer d’imposer un nouveau jeu de courses face aux nombreux ténors du genre, tenter de le faire à la période où sortent les suites desdits ténors relève carrément du suicide. Juiced 2 est-il confiant ou impudent ?
Les réminiscences du premier opus laissent dubitatif quant aux capacités du studio, et le contact initial avec cette suite ne dissipe pas l’inquiétude. Il faut dire que Hot Import Nights ne brille pas par l’originalité de son univers.

La nuit importée est chaude...

Après les Need For Speed Underground, Midnight Club et autres Street Racing Syndicate, la thématique des courses nocturnes sur fond de tuning commence à refouler du pot d’échappement. Juiced 2 n’arrange pas son cas en forçant la dose de pin up dévêtues, qui illustrent tous les menus ou ondulent au pied des podiums. Il faut donc passer outre ces choix douteux pour découvrir la première et principale qualité du titre : son contenu particulièrement riche. Le mode carrière s’organise de façon classique, avec 8 niveaux de compétition impliquant des voitures de plus en plus puissantes et nécessitant de plus en plus d’argent. Vous commencez par acheter une caisse (parmi les 90 disponibles) correspondant à votre échelon, puis faites un petit tour par le garage pour procéder à quelques modifications.
Une multitude de filtres et d’éléments permet de customiser le look de votre bolide, et 3 types d’améliorations peuvent être débloquées (suite à une épreuve) pour accroître ses performances.
Toutes options comprises

Il est alors tant de se lancer dans le championnat mais, à la différence d’autres jeux du genre, enchaîner les victoires ne suffit pas à garantir votre progression. En fait, vous devez accomplir un quota de tâches précises (atteindre une certaine vitesse, faire un saut de X mètres, effrayer tel pilote, gagner un pari d’argent ou plus simplement remporter une épreuve), et profiter des circuits mis à disposition pour y parvenir. A ce niveau, Juiced 2 frappe très fort en proposant une multitude de modes de jeu : course simple, Draft (enchaîner les dérapages comme dans NFS), Eliminator (le dernier dégage à chaque tour), Draft Eliminator, tour parfait (aucun choc), tour sans tomber en dessous d’une certaine vitesse, duel avec une caisse surpuissante souffrant d’un handicap de temps, ou encore le Last Man Standing. Cette épreuve, dans laquelle les concurrents perdent dès qu’ils touchent un mur, exploite l’une des idées vraiment original de la série : la pression. En collant au pare-chocs d’un pilote, vous faites monter son niveau de stress, qui une fois au maximum se traduit par une erreur de pilotage.

Juiced de chaussette

Malheureusement, cette impressionnante richesse peine à se concrétiser une fois au volant. D’abord parce que le modèle de pilotage, très arcade, laisse réellement à désirer malgré l’impression de vitesse.
Les voitures semblent glisser, tournent bizarrement et les sensations d’une caisse à l’autre se ressemblent un peu trop (performances mises à part). Ensuite parce que visuellement, c’est de la PS2 en haute définition.
L’illusion tient peut être sur un petit écran mais sur un grand, la pauvreté des textures saute aux yeux, s’y agrippe, et frappe sans relâche. Dommage car les circuits possèdent des architectures amusantes. Enfin parce que le jeu est une balade de santé. On obtient trop facilement la caisse ultime qui dominera les courses d’une catégorie donnée. Hot Import Nights peut se montrer distrayant, mais pas à ce prix, pas en ce moment, pas face aux monstres qui débarquent.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans
- Aux fanas de tuning
- A ceux qui aiment les nuits chaudes et importées (ndr : oui, mais d’où ?)


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Need for Speed Carbon même si HIN est plus proche du vieux Underground 2.
- Street Racing Syndicate
- Import Tuner Challenge