Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Heroes over Europe

Heroes over Europe

Passer derrière IL-2 Sturmovik : Birds of Prey, voici qui n’est pas aisé. Transfuge de Codemasters qui a pris ses quartiers chez Ubisoft, la série de Transmission Games relève le défi. Réussira-t-elle à passer entre les balles du redoutable concurrent ?
Plutôt convaincant en son temps, Heroes of the Pacific se dote donc d’une suite consacrée aux cieux européens. Et qui a le "malheur" de prendre l’air 15 jours après un certain IL-2 Sturmovik. Rude concurrence !

Au-dessous des nuages

La campagne de Heroes over Europe se concentre sur les Anglo-saxons, avec à l’honneur la Royal Air Force (surtout) mais aussi la Royal New Zealand Air Force et l’US Army Air Force. Les appareils allemands ne sont pilotables qu’en multijoueur mais débloqués lors de cette campagne solo.Cette dernière ne compte hélas que 15 missions. Certes souvent longues, mais c’est faiblard en regard de la cinquantaine offerte par son concurrent. Généralement, les engagements vous confrontent à des vagues incessantes d’appareils allemands. Nous sommes dans un jeu d’arcade, très clairement. Et obtenir la bagatelle de 60 victoires en une sortie s’avère d’autant plus facile que vos ailiers ou leaders ne font rien. Strictement rien. Oui, c’est également très agaçant. Et encore plus quand la chasse ennemie semble n’avoir que vous pour cible et se moque des autres appareils. Une mécanique de gameplay usée, qui date de Mathusalem et passe mal en 2009. Arcade ou non. Les amateurs de belles voilures s’étrangleront aussi quand le jeu vous débloquera dès 1940 des avions de 1942-1943 et vous laissera voler avec. Il ne faut attendre donc aucune cohérence historique.

Grand spectacle ?

Si la vision de Londres en flammes de nuit, avec les projecteurs éclairant le ciel et des explosions de DCA partout, offre un certain spectacle, force est de constater que le moteur graphique se montre juste correct. Et très en-deçà de celui de Birds of Prey. La profondeur de champ s’avère saisissante, les nuages plutôt agréables. Mais la modélisation des appareils ou encore les textures au sol révèlent une certaine pauvreté. Et aucun cockpit n’est reproduit ! Pour rendre l’action plus impressionnante, le jeu confère un bonus de dégât à vos armes si vous attaquez à pleine vitesse en piqué. Et si vous maintenez un ennemi à la bonne distance dans votre viseur, sans tirer, une jauge de concentration grimpe. Vous pouvez alors déclencher un ralenti qui montre en gros plan les points faibles de l’avion adverse. Toucher l’un d’eux expédie immédiatement ad patres un chasseur. En frapper deux liquide un bombardier. Peu réaliste, mais amusant. Surtout qu’avec un peu de pratique il est possible d’enchaîner ces "kills" sans que votre jauge de concentration ne se vide. Les leaders des formations adverses sont également repérables par un signe distinct et le jeu vous affirme que les tuer désorganisera l’ennemi. En pratique, nous n’avons vu aucune différence. L’intelligence artificielle restant ce qu’elle est : artificielle. Heroes over Europe offre un défoulement agréable, sans vraiment s’avérer jouissif à cause d’un certain manque de profondeur et de mécaniques de jeu usées. Le pilotage se limite à sa plus simple expression et fait du jeu un simple jeu de tir en avion. Si vous aimez ça, n’hésitez pas, vous aurez votre dose de sensations. Si un peu plus vous intéresse, passez sur Birds of Prey. Quitte même à ne l’utilisez qu’en mode arcade où il offre facilité de pilotage mais surtout une meilleure réalisation.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 12 ans.
- Aux pilotes débutants.
- A ceux qui n’aiment pas réfléchir en volant.
- Aux joueurs qui adorent descendre 60-70 avions par sortie.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- IL-2 Sturmovik
- Blazing Angels 2 : Secret Missions of WWII sur console.