Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Harry Potter : la chambre des secrets

Harry Potter : la chambre des secrets

Harry Potter s'offre le luxe d'être présent sur sept supports simultanément. Parmi les heureux élus, on compte bien entendu la PlayStation 2. A ce stade, on ne parle plus de déferlante mais de véritable raz-de-marée.
A quelques flipendo près la version PS2 est quasiment identique à la version GameCube. Tout commence par un training en rase campagne (avec lancé de gnome et joute avec un appareil électroménager... Non non, je ne blague pas !), quelques achats au Chemin de Traverse, une virée en Ford Anglia volante et un duel avec un saule géant... Que d'émotions avant même d'entamer la rentrée !

Sur les traces de Salazar Serpentard

Cette seconde année à Poudlard s'annonce tout aussi tumultueuse que la précédente. A peine les bancs de l'école rejoints, Harry est accusé d'être le descendant de Salazar Serpentard (la honte pour un Gryffondor) et d'être responsable des agressions visant à faire fuir
les élèves "sang-de-bourbe" (dont les parents ne sont pas sorciers). Qui est réellement l'héritier des Serpentard ? Qui s'amuse à pétrifier les résidents de Poudlard ? C'est ce que vont tenter de découvrir Harry et ses amis Ron et Hermione. Pour cela, chaque jour Harry doit remplir de nombreux objectifs.
To jump or not to jump... That is the question

Comme les profs de Poudlard ne sont pas du genre complaisant, Harry n'est pas pour autant exempté des matchs de Quidditch et des cours de magie. A l'instar de la version GameCube, les sorts s'acquièrent en trouvant des bouquins et peuvent ensuite être assignés à différents boutons du pad. La prise en main du perso est également très simple puisqu'il saute et escalade automatiquement et que les autres actions (appeler, fouiller, attraper, jeter, ramper, etc.) sont dédiées à la croix. En bref, tout a été prévu pour rendre l'aventure accessible aux plus jeunes. Malheureusement, le soft souffre exactement des mêmes lacunes que son homologue GameCube. Harry est donc toujours aussi peu réactif, comme s'il hésitait constamment entre deux actions (Pousse ou grimpe ... mais décide-toi p'tit bonhomme !), la précision des sauts est tout aussi discutable, de même pour les angles de caméra qui se révèlent bien souvent calamiteux.

Un verdict en demi-teinte

Une fois tous les objectifs atteints, on peut choisir de passer directement au jour suivant ou partir en quête des dragées de Bertie Crochue (permettant d'acheter boules puantes et ballons increvables) et des 101 cartes de sorciers éparpillées dans l'école. Non comptant d'assurer au soft une bonne longévité, celles-ci permettent aussi d'accroître peu à peu la résistance du perso. Finissons sur un détail qui fâche avec de monstrueux temps de chargement qui cassent le rythme d'épreuves pourtant très
variées (duels, matchs de Quidditch, infiltration, plate-forme, énigmes à base de sorts, d'interrupteurs, de bloc à déplacer, etc.). Le détail n'est pas des moindres face à un graphisme, qui, sans trahir l'univers de la romancière, ne justifie pas pour autant de tels temps d'attente.
Si on ne doute pas que ce nouvel opus conquière la majorité des fans du célèbre apprenti sorcier (surtout les plus jeunes), il n'en demeure pas moins que le tableau d'honneur ne sera pas pour cette année Monsieur Potter.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A tous les fans des bouquins de J.K. Rowling
- A ceux qui ambitionnent de passer pro au lancer de gnomes
- A ceux qui sont collectionneurs dans l'âme


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Harry Potter à l'Ecole des Sorciers sur PSone