Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Gun

Gun

Enfilez la panoplie complète de Clint Eastwood, chaussez vos éperons, graissez vos bottes et ressortez la pétoire de pépé planquée sous le canapé. Dans cet univers impitoyable, saurez-vous viser juste ?
Mis à part le très bon Red Dead Revolver sorti sur d’autre supports, les jeux vidéo exploitant la sulfureuse thématique du Far West se font rares. Pour palier à cette carence, les petits gars de Neversoft se sont permis de faire dans la démesure pour se rapprocher d’un gameplay imitant celui d’un GTA. Bilan : ça flingue à toute berzingue ! Mais avoir le sang chaud suffit-il à produire un titre qui fera date, rien n’est moins sûr.

M’sieur ! C’est quoi le Far West ?

"Mon petit, le Far-West c’était le bon temps ! A la première embrouille, on pouvait flinguer son partenaire de poker, braquer des banques, bouffer à l’œil, fréquenter des jeunes filles de bonne famille et même liquider le shérif !".
Pour faire simple, Gun c’est un peu le mélange de tout ça : une ambiance violente et ce, dans un climat de totale impunité. Votre quotidien sera fait de vols de chevaux et de rencontres fortuites avec de dangereux bandits à la tête mise à prix.
Elevé au grain !

Elevé par Ned, un vieux trappeur aguerri à l’art de la chasse et de la survie dans l’Ouest, Colton White, jeune cow-boy inexpérimenté et guidé par un idéal de justice, va vivre d’épiques aventures. Aux commandes de cette bleusaille, vous subissez une courte initiation au maniement des armes et à la randonnée équestre (conseil : un cheval ça se chouchoute sinon le canasson finit par crever). A bord d’un bateau à roue (comme dans Tom Sawyer), les deux voyageurs sont attaqués par une horde de voyous convoitant un artefact précieux en possession de Ned. Gravement blessé, il apprend à Colton qu’il n’est pas son véritable père tout en laissant des indices susceptibles de lui permettre de faire le jour sur son passé. Jeu à la troisième personne, l’ambiance de Gun se confond aisément avec un FPS. Les scènes d’action, introduites par de courtes cinématiques, s’enchaînent à fond la caisse, ça shoote et ça pète de partout.

La roulette russe

Malgré la brève phase d’initiation et l’attaque du bateau pour dégourdir son six coups, la prise en main n’est pas immédiate. Au final, on passe son temps à user du Tir éclair (sorte de bullet time) qui ralentit l’action et passe en vue subjective pendant quelques secondes, le temps d’aligner avec précision les vilains malfrats. Une petite question : aimez-vous les lapins ? Ca tombe bien parce que dans Gun, le lapin c’est vous ! Bilan, votre vie se résume à "je dégaine plus vite que l’éclair, je shoote avec une précision chirurgicale et je recharge !". Sachez qu’aux objectifs imposés, histoire de prolonger votre peine, des missions secondaires sont à découvrir notamment en se promenant en ville. L’occasion de se laisser aller à son penchant pour le métier de boucher.
En effet, déconseillé au moins de 18 ans, Gun est gorgé de séquences ultra-violentes matérialisées par des corps décapités, des bras et des jambes éparpillés dans une marre de sang, la possibilité de piétiner à cheval hommes et animaux ou de boire de l’alcool pour se soigner… Que du bon goût !
On aime ou on n’aime pas

Tandis que les tueries s’enchaînent les unes après les autres, le manque de précision des phases de tir s’avère rapidement pénible , le Tir éclair est "téléguidé" et les boss ont le QI d’une poule. Du coup, le plaisir de jeu s’évapore furtivement au profit d’une envie morbide de buter tout ce qui se présente à vous pour achever le titre. Un contenu qui contraste avec le travail effectué sur les décors et les textures. Au final, le jeu s’avère assez répétitif et peu engageant.

Test réalisé par Richard Roger.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A ceux qui ont la gâchette facile
- Aux amateurs de western sanglant
- Aux tontons flingueurs
- Aux plus de 18 ans


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Red Dead Revolver