Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Grandia 2

Grandia 2

La PlayStation 2 sait tirer parti de l'expérience de la Dreamcast. Après Rayman, Resident Evil, Ecco ou dans un tout autre registre Dead or Alive... la console de Sony poursuit son recyclage en s'offrant la saga des Grandia.
Un premier épisode sur Saturn et PlayStation, une suite sur Dreamcast... Si les consoles passent et trépassent, il n'en va pas de même pour leurs occupants. Preuve en est avec le second opus de la série des Grandia qui après un passage remarqué sur la 128 bits de Sega emménage aujourd'hui sur PlayStation 2.

L'exorciste version manga

Vous incarnez Ryudo, un gringalet rustre et sans le sou qui accepte de jouer le garde du corps d'Elena, une jeune et jolie prêtresse (pff... encore le stéréotype de la godiche !), le temps de la conduire jusqu'au temple où elle doit participer à un rituel (elle pouvait pas prendre un taxi ?). Mais la cérémonie tourne mal... Il fallait s'y attendre ! Votre contrat d'intérim se transforme alors en un CDI consistant à débarrasser Elena de l'esprit maléfique qui vient de l'envoûter.
Au départ, simplement accompagné de votre fidèle faucon Skye, d'autres personnages (comme Roan, Millenia ou encore... Oh surprise... la si fragile Elena !) viennent bientôt vous rejoindre dans votre croisade contre les forces du mal.
Les règles du combat

Des phases d'exploration, beaucoup de parlote (hélas toujours en anglais), des persos disposant d'une panoplie d'action (attaques, mouvements spéciaux, magie, défense), Grandia II reprend les composants d'un jeu de rôle classique. Grande différence, lors des combats, une jauge d'initiative située en bas de l'écran permet de surveiller le statut d'action des combattants afin de prendre l'avantage sur ses opposants. Entre les esquives, les parades, les contres-attaques, les batailles sont très dynamiques et offrent d'intéressantes possibilités aux amateurs de stratégie. De plus, grâce à un tutorial bien conçu, les novices pourront s'initier au système sans trop de difficulté.

Un peu court quand même

Une parfaite maîtrise du système de combat, tel est le principal obstacle susceptible d'entraver votre progression dans l'univers de Grandia II. Hormis cela, le scénario est très linéaire, les environnements ne sont pas suffisamment vastes pour que l'on puisse s'y perdre, les points de sauvegarde sont nombreux et les phases d'exploration proposent de petites énigmes à base de leviers à actionner, de rocher à pousser, etc.
En bref, jamais rien de bien sorcier. Et si le soft constitue un excellent apprentissage pour les débutants, les joueurs ayant un tant soit peu d'expérience en matière de jeu de rôle risquent de rester un peu sur leur faim.
Le véritable ennemi de Grandia II

Tant sur PlayStation que sur Dreamcast, la série des Grandia s'est toujours distinguée par la qualité de son graphisme. Pour cette adaptation sur PlayStation 2, une méchante fée est venue se pencher sur le berceau du nouveau-né... allez, appelons-la Aliasing la maléfique ! Du coup, les décors scintillent de manière assez désagréable (surtout le gazon vert fluo !). A part cela, pas de défaut majeur (sauf si l'on considère l'aliasing comme le fléau du siècle), c'est joli, mignon tout plein, coloré et assez détaillé... mais tout de même un peu vieillot comparé aux futures productions prévues sur la console de Sony...Final Fantasy X, pour ne citer que lui.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui n'ont pas joué à la version Dreamcast
- A ceux qui cherchent un jeu de rôle abordable
- A ceux qui aiment les jeu de rôle typiquement japonais


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Ephemeral Fantasia
- Evergrace