Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Grandia 2

Grandia 2

Grandia II entre dans la danse des jeu de rôle sur Dreamcast avec des qualités indéniables. L'arrivée de ce challenger ravira les fans "à l'ancienne".
Dans le sempiternel combat entre le Bien et le Mal, vous incarnez Ryudo, un mercenaire chargé d'escorter une prêtresse dans sa quête contre Valmar. Ce puissant démon reprend du service et vous parcourrez bien du pays avant de sauver le monde. Durant votre quête, vous croiserez différents personnages qui se joindront à vous avec grand plaisir. Ce melting-pot de caractères différents sera la source de dialogues riches en rebondissements. Les personnages n'ayant de cesse d'affirmer leur différence d'opinion et de se vanner à la moindre occasion. Hélas, les fans d'action ne pourront accélérer les dialogues.
Globalement, bien qu'on regrette une certaine linéarité et des textes entièrement en anglais (oups !), Grandia II se rattrape grâce à une interface très simple et des boss qui offrent du fil à retordre. De plus, l'évolution des capacités des personnages s'avère très libre. Quant aux combats...
Des combats hallucinants

Côté combat, les possibilités sont plus qu'intéressantes. Vos personnages disposent d'attaques normales, d'attaques critiques capables de stopper net l'action en cours d'un ennemi, de mouvements spéciaux et aussi de pouvoirs magiques (s'ils sont équipés de Mana Eggs, un peu à l'instar des Matérias dans Final Fantasy). Les combats se déroulent en temps réel, vos personnages étant plus ou moins rapides. Fait très appréciable pour les débutants, une pause vous est octroyée pour choisir l'action de chaque personnage. Mais là où les combats fascinent, c'est qu'ils s'avèrent très réalistes par une gestion du terrain jamais vu. Si vous incantez un sort d'attaques multiples par exemple, vous ne sélectionnez pas les ennemis mais la zone où le sort agira. Ainsi, si durant le temps de la préparation du sort, les ennemis bougent, votre sort ne touchera personne, ou bien à l'inverse, touchera plus de monde que prévu. Dans le même sens, il faut éviter d'envoyer tous vos personnages sur le même monstre pour éviter qu'ils ne restent groupé et deviennent donc vulnérables. En résulte un dynamisme constant accentuée par le jeu de caméra.
Des combats face aux même adversaires se déroulent différemment. On dénote toutefois que les personnages ne sont pas très malins et restent parfois sans attaquer, faute d'avoir trouvé le moyen de se contourner les uns les autres. Mais ce désagrément reste rare.
Plein la vue !

Au point de vue du graphisme, on est comblés. Les animations des coups spéciaux et des sortilèges sont très réussis. On trépigne d'impatience à chaque fois qu'on apprend une nouvelle attaque, magique ou non. Quant aux environnements : un régal. Modélisés en 3D, on est bien loin des décors lissés où toutes les couleurs sont uniformément réparties. Quel plaisir de tourner la caméra en tous sens afin de profiter de chaque détail ! Certains regretteront peut-être l'absence de plans dans les villes et donjons. Seul défaut majeur : l'absence de sous-quêtes. Un chouïa linéaire. Si la durée de vie demeure correcte, n'espérez pas faire des pieds et des mains pour découvrir des personnages secrets comme dans Suikoden, ou vous offrir une pause dans votre ferme d'élevage de Chocobos.

Test réalisé par Yolande

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux accros de jeu de rôle japonais,
- Aux fans de Final Fantasy,
- A ceux qui pratiquent la langue de Shakespeare.


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Skies of Arcadia,
- Final Fantasy,
- Suikoden