Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Grabbed by the Ghoulies

Grabbed by the Ghoulies

Nombreux sont ceux qui attendaient avec impatience de se laisser attraper par ce jeu d’horreur humoristique signé Rare. Fans de Scooby-Doo, à vos manettes !
Le scénario de GbtG n’est franchement pas original. Perdus sous la pluie, Cooper et sa copine Amber se réfugient dans un vieux manoir isolé qui bien entendu est hanté. Très rapidement, le propriétaire des lieux, le Baron Von Ghoul, kidnappe Amber, forçant Cooper à visiter toutes les pièces et dépendances de Ghoulhaven Hall (c’est le nom du manoir) afin de délivrer sa belle. Evidemment, la tâche est loin d’être simple, puisque tout le bestiaire d’un "bon" film d’horreur des années 60 s’est invité à la fête. Résultat, araignées, momies, squelettes, et autres créatures horribles n’ont qu’une idée en tête : vous dévorer pour leur 4 heures ! Certains ennemis sont originaux voire drôles, comme le poste de télé possédé qui génère des monstres, ou la porte hantée qui sautille et vous assène des coups de poignées mortels !

Des fan… des fan… fan… des fantômes !

Dans son principe, GbtG est à la fois conventionnel et original.
L’action consiste à se débarrasser des monstres à coups de poings et de pieds, parfois au moyen d’une arme : un pistolet à eau bénite (forcément…) ou un magnifique tromblon des familles ! Il est même possible – et recommandé – de se saisir des éléments du décor… Une enceinte acoustique, une pelle ou un baba au rhum constituent ainsi des armes redoutables !
Le manoir de l’humour

Tout cela reste relativement classique cependant. En fait, c’est par son déroulement que le jeu se démarque des autres beat’em all. Le joueur visite le manoir salle après salle, chacune abrite ses propres types de monstres et propose des règles de jeu particulières. Pour plus de simplicité au début, il ne vous est demandé que d’éliminer tous les ennemis présents en un endroit. Par la suite, on vous impose un compte à rebours (épreuve de vitesse), un seul type d’ennemi à toucher, de ne tuer qu’avec ou sans armes, etc. Que risque-t-on en cas de manquement au règlement en vigueur dans une pièce ? Simple, la Mort débarque sous ses traits de grande faucheuse, elle vous tue d’un simple contact et joue alors un superbe rif en mimant une guitare avec sa faux !

Code d’horreur

Drôle, c’est l’une des principales caractéristiques de ce jeu qui emprunte tous les codes de l’horreur mais en les traitant avec humour. Avec son graphisme en cel-shading et ses teintes pastel, il est quasiment impossible d’avoir peur. On rit souvent de bon coeur en évitant des poulets-vampires ou des diablotins-ninjas reprenant – au ralenti – les corégraphies de Jet-Li sur fond de Bullet-Time (comme dans Matrix !). Souvent, on reste admiratif devant la qualité des animations.
Comme ses squelettes dont tous les os volent en éclats, ou ces bandelettes que l’on envoie valdinguer lorsqu’on se retrouve momifié ! Somptueux. Et que dire de la paralysie dont fait preuve Cooper lorsqu’il a vu un fantôme ? Tétanisé, les cheveux dressés, il se mord les doigts d’effroi. Impressionnant.
Mort d’effroi

Enfin, ce beat’em all verse également dans l’originalité au niveau de sa maniabilité et de sa profondeur de jeu. Les coups sont donnés en déplaçant le stick analogique droit. C’est assez spécial mais on s’y fait très vite. Dernière touche signée Rare : GbtG est teinté d’un soupçon d’aventure (la griffe Rare) pour nous empêcher de penser que nous avons affaire à un jeu de combats bête et méchant. Il faudra ainsi chercher des ingrédients ou revisiter des niveaux nantis de nouvelles possibilités pour délivrer des otages. Toutefois, malgré cet apport, le jeu se révèle extrêmement dirigiste et linéaire. C’est là le seul défaut de ce jeu défoulant, très bien conçu et à l’humour digne d’un épisode de Scooby-Doo !


Test réalisé par Ivan Dubessy

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux fans inconditionnels de Scooby-Doo
- Aux fanas des beat’em all
- Aux esthètes du pixel


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Le Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours
- Kung Fu Chaos
- Hunter the Reckoning