Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Golden Sun 2 : l'âge perdu

Golden Sun 2 : l'âge perdu

Vous ne vous êtes toujours pas remis de la conclusion abrupte du premier épisode de Golden Sun ? Un an et demi et des brouettes plus tard, les développeurs de Camelot vous offrent enfin la suite du titre qui s'est vite imposé comme l'un des meilleurs jeu de rôle de la Game Boy Advance.
Si la traversée du premier épisode de Golden Sun, n'est pas cruciale à la compréhension de cette suite (un prologue narrant en détail les événements passés), elle reste toutefois vivement recommandée. En effet, l'aventure reprend pile poil là où la précédente s'est arrêtée. Nous revoici donc au sommet du phare de Venus juste avant que Vlad n'affronte Salamandra et Ph?nixia pour les empêcher d'allumer l'une des balises sensées libérer le pouvoir de l'Alchimie. Et là, surprise ! On ne rallie pas le camp des "présumés gentils", mais celui de leurs rivaux, Pavel et sa soeur Lina, qui s'apprêtent à parcourir le monde de Weyard en quête des deux autres balises qui permettront de ranimer le feu sacré.

A l'aise, Blaise !

A part ce revirement de situation qui pousse à épouser la cause que l'on combattait dans le premier opus, les habitués se sentiront bien vite aussi à l'aise que des poissons dans l'eau.
De nouveaux mystiques, comme Cylia, la madame Irma du groupe et, plus tardivement, le mystérieux Piers, viennent rallier le parti de Pavel et de sa frangine. Ensemble, ils ratissent villages et donjons, blablatent avec les natifs pour récolter des infos, dévalisent coffres et boutiques, usent et abusent de la magie, résolvent des énigmes plus variées que jamais, bataillent au tour par tour (jeu de rôle oblige), et se mettent en chasse de djinns, ces p'tites créatures bedonnantes sans lesquelles Golden Sun premier du nom n'aurait peut-être pas rencontré un tel succès.De gré ou de force

Après avoir servi les intérêts de Vlad, les djinns servent donc tout aussi efficacement ceux de Pavel et de sa clique. Toujours réparties en quatre types (terre, eau, feu, air) et aussi farouches de nature, certains se joignent spontanément à vous, tandis que les têtes de mule doivent être convaincues par la force. Une fois capturés, il ne reste plus qu'à lier les djinns aux persos pour pouvoir invoquer lesdits bestiaux pendant les combats (des invocations, au demeurant, visuellement splendides), mais aussi modifier la classe, les attributs et les psynergies de chaque héros. Les effets variant selon les bestioles, à vous de trouver les combinaisons les plus judicieuses, ce qui rajoute toujours beaucoup de piment aux confrontations.La boucle est bouclée

Au niveau de la réalisation Golden Sun ne faillit pas à sa réputation. Et si le jeu n'est pas plus beau que son prédécesseur, il l'est au moins tout autant. De son côté, le câble link est encore davantage mis à contribution que par le passé. En plus des arènes de combats accessibles seul contre l'ordi ou en duel avec un pote (avec chacun sa cartouche), le soft propose dorénavant une option (à défaut également utilisable via mot de passe) permettant d'importer des données relatives aux personnages du premier volet (Vlad, Sofia, Garet et Ivan) en prévision des retrouvailles qui auront lieu au point culminant de votre quête... Un habile stratagème promettant de clôturer ce second chapitre en beauté.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- à ceux qui sont restés sur leur faim au terme du premier volet
- à ceux pour qui un résumé suffit pour palier à l'impression de prendre l'histoire en cours de route.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Golden Sun