Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Gang Land: Trouble in Paradise

Gang Land: Trouble in Paradise

Un petit "Sim Mafia", ça vous dit ? Alors on sort le costard et le "Tomy gun" du placard. Vous voici revenir aux affaires avec un seul but en tête : dézinguer vos trois frères et devenir un personnage illustre et redouté du milieu.
Vous voici à Little Italy. Fraîchement débarqué aux Etats-Unis, vous venez faire le nettoyage dans la famille. Guerre des gangs et frangins à truffer de plomb sont au menu. Mais avant de monter votre business, il faudra écouter votre oncle.
Gang Land mélange joyeusement RPG, stratégie et Sims-like pour former un ensemble intéressant, mais pourtant pas parfait.

La prise de pouvoir

Le "gros morceau" du jeu est le mode conquête. A travers une série de missions, vous étendrez l’influence de votre clan sur la ville. Au début, sous les ordres de votre oncle, puis ensuite de votre propre chef depuis votre planque. Pour prospérer, il faudra racketter des commerces, voire y investir votre argent pour les contrôler totalement et ouvrir des arrière-salles peu… légales. Marchands d’armes (un business clé qui vous fournit armes et munitions), bars, restaurants, garages, bijouteries, etc. Ajoutez-y des immeubles à acquérir afin de les truffer d’hommes de main en vue de défendre la zone, et vous serez un vrai dur.Durant ce mode conquête, vous aurez diverses missions à accomplir, vous pourrez accorder des faveurs à des personnes qui se joindront alors à vous, exécuter des contrats et surtout… plomber massivement toute opposition.

Un poil de RPG

Au fur et à mesure, votre avatar gagne de l’expérience (hélas limitée par mission) ce qui le fait progresser automatiquement dans certains attributs. Il devient meilleur en affaires, augmente son charisme et donc le nombre de personnes qu’il peut recruter, etc. De nouvelles unités seront disponibles en fonction de vos possessions immobilières et de vos réussites au cours des défis facultatifs. Sniper, ninja, dynamiteur fou, nettoyeur, etc. Chacun y va de sa petite spécialité.Vous pourrez également vous marier et avoir une descendance, donc des possibilités de recrutement supplémentaires.

En multijoueur, on retrouve ce mode conquête en plusieurs variantes, ainsi qu’un match à mort : pas de planque, pas de recrutement possible, juste du bâchage.

Oui mais bon, ça ne va pas si loin qu’on l’espérait

Le jeu trouve cependant vite sa limite. Le graphisme est certes mignon, mais pas magnifique. L’action s’avère souvent répétitive puisqu’il s’agira systématiquement de plomber tout ce qui bouge. Contrats reçus par téléphone, faveurs, missions pour l’oncle et même rackettes ou rachats de boutiques passent par la distribution généreuse et massive de projectiles (trois modèles pour mieux faire les finitions). De quoi ravir les innocents présents qui en prendront plein les dents. On peut certes se couvrir derrière les obstacles, se mettre accroupi et jouer de la complémentarité entre les unités, la finalité reste de… massacrer. Par la suite, il sera aussi possible de pacifier à coups d’explosifs. Et pour les quelques civils emportés par les balles, on se fera oublier en graissant la patte du chef de la police, gros corrompu à qui on logerait volontiers quelques bastos.

La partie conduite est elle un vrai cauchemar. La circulation est quasi-absente de la ville et votre véhicule ne peut pas escalader les trottoirs. Les collisions avec les piétons sont risibles et la conduite laborieuse. Les phases consistant à dégommer l’adversité en tirant depuis sa voiture ne resteront donc pas dans les mémoires.

Alors, est-ce que je peu devenir parrain sans risque ?

Gang Land s’avère être un jeu plaisant mais qui aurait pu être plus développé. Un peu répétitif, il ne pousse pas la stratégie ni le RPG assez loin. Cependant, c’est un titre qui apporte du plaisir grâce à sa bonne ambiance et à sa ville peuplée de personnages non joueurs.

Test réalisé par Arnaud Papeguay

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux mafieux.
- A ceux qui aiment plomber tout ce qui bouge.
- Aux mégalos en puissance.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Republic: The Revolution