Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

FlatOut

FlatOut

Pour doubler, rien de tel que de pousser l'adversaire, rayer sa peinture et le coller dans un arbre. Conducteurs sans foi ni loi, Flatout vous propose de plier des voitures à volonté. Un jeu de stock-car avec du très bon... et du moins bon. Verdict.
Flatout est le genre de petit jeu bien défoulant qui aurait pu devenir un must dans la catégorie défouloir. Le titre vous propose de prendre part à des courses de stock-cars façon Destruction Derby sur PS2. Mais le tout avec des décors largement plus soignés et des véhicules modélisés au poil. Tout se déforme, tout s'arrache et on se retrouve vite avec une épave branlante et fumante. Crises de rire à la clé ! Embrassez un obstacle de plein fouet et votre pilote sera éjecté. Dommage que les dégâts n'influent pas sur la conduite.

Comment ça se joue ?

Rien que du très classique dans les modes de jeu. Aux côtés des courses simples, on trouve des contre-la-montre. Le jeu à deux par écran splitté, pour des courses un contre un, vient s'ajouter à un mode à quatre joueurs dit de "chaise tournante" proposant de s'essayer aux mini-jeux bonus.
Ces derniers sont assez gores puisqu'il s'agira de foncer et de passer son conducteur à travers le pare-brise pour le jeter sur des quilles, tenter un record de hauteur, de longueur, etc. Voir le corps démembré se ramasser est plutôt... désagréable.
La version Xbox est également compatible avec le Xbox Live pour affronter les joueurs du monde entier.

Pour débloquer les circuits où s'éclater, il faudra passer par le mode carrière. Deux difficultés s'offrent à vous : standard et réaliste. La seconde n'a de réaliste que le nom. Son influence sur la voiture se traduit seulement par une instabilité amplifiée et une tenue de route dégradée de manière trop importante. On y fera du ski nautique sur toute piste en terre où la tenue de route chute dramatiquement, mais sans rien de réaliste.

Baston dans le peloton

Votre carrière passera par la phase cruciale du choix de votre véhicule. A chaque étape (bronze, argent, or) son lot de courses, de bonus et son choix de voitures. Les comportements ne sont pas très différents. On notera juste des vitesses et tenues de route légèrement changeantes d'un modèle à l'autre.

Lancez-vous ensuite sur les circuits. Une fois les aléas d'un contrôle par forcément bien conçu pris en main, on se rend vite compte que la machine triche d'une manière éhontée. Autant on peut se planter et rattraper le peloton tranquillement, autant une fois au contact, les concurrents sont subitement dopés.
Prenezla tête et enchaînez les temps records, un gusse sera toujours miraculeusement collé sur votre arrière alors que quelques tours plus tôt il roulait en première. Un petit leurre hélas trop visible visant à favoriser les affrontements entre le peloton et le joueur.
Inutile de dire qu'on se fera un plaisir de pourrir l'adversaire en l'envoyant tutoyer de trop près le premier mur venu. D'autant que percuter ses concurrents ou défoncer les éléments du décor augmente votre réserve de nitro. Voir l'ordi se gaufrer tout seul est aussi une jouissance extrême.

Tuning et frustration

Chaque course vous procure de l'argent selon votre position. A vous de le gérer pour ensuite customiser votre voiture. De multiples pièces du moteur, les suspensions, transmissions, pneus, etc. peuvent être changés afin d'influer sur les performances de votre véhicule. Un bon point, et le jeu n'en manque pas car il faut avouer que les courses de meute sont grisantes. Mais hélas, la triche de l'ordinateur, la tenue de route suspecte, des collisions pas toujours bien gérées (voiture qui fait un tête-à-queue en tutoyant un bête bidon ou reste accrochée bizarrement à une barrière) viennent nuire au plaisir. C'est vraiment dommage.

Test réalisé par Arnaud Papeguay

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans de stock-cars.
- A ceux qui veulent foncer dans le peloton et préfèrent l'action à la qualité de l'IA.
- Aux joueurs qui aiment les voitures qui glissent.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Destruction Derby : Arenas sur PS2