Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

FIFA2001 Platinum

FIFA2001 Platinum

En modifiant le mode de contrôle des joueurs, Electronic Arts s'oriente désormais avec FIFA vers un peu plus de simulation. Dommage toutefois que la technique semble, elle, accuser un peu de retard.
D'ordinaire, la surprise n'est pas de mise lorsque l'on découvre un nouveau cru de FIFA, on sait ce qu'on va y trouver : un jeu de foot passablement "arcade", splendide et très jouable. Malgré tout cela, on n'avait depuis longtemps plus vraiment l'impression d'avoir un nouveau jeu entre les mains.

Z'avez noté l'imparfait ?

Important, l'imparfait, qui vous signale fort opportunément que cette fois, y'a du nouveau. Tenez, commençons par un truc tout bête : les compétitions auxquelles vous pouvez participer se gagnent à la sueur de votre front. Pas la peine d'envisager de disputer la Coupe du Monde avant d'être au moins une fois sorti victorieux des poules éliminatoires. Le coup du bonus à débloquer, c'est toujours aussi motivant pour aller explorer les tréfonds d'un jeu.

Les graphiques, plus-mieux-mieux

Graphiquement, on sent une continuité dans la progression. Certes, la Playstation commence à accuser son âge, mais les joueurs bénéficient tout de même d'un grand soin, de loin comme de près. Enfin, et il était temps, ils ne font plus la même taille ! Las, on note tout de même quelques défauts de lisibilité qui semblent dus à la baisse de résolution subie entre la version PlayStation 2,
réalisée en premier et sa grande soeur. Le chrono est ainsi difficile à lire, et lors des matchs disputés sous la neige, il est parfois difficile de distinguer le ballon au milieu de la myriade de flocons. Franchement, il aurait mieux valu grossir le premier et supprimer l'effet du second que d'entacher ainsi la jouabilité.
Et les animations, alors ?

Là, nous sommes partagés. Celles des joueurs, toujours aussi réussies, offrent toujours une large palette de mouvements et donne cet aspect "télé" caractéristique de FIFA. Mais si les animations sont donc bonnes, c'est la vitesse à laquelle elles sont effectuées qui laisse à désirer. L'ensemble donne en effet une impression de poussivité qui nuit à l'intérêt général, sans parler du réalisme. Voir Thierry Henry "sprinter" avec toute la vélocité d'un lutteur de sumo est en effet diversement crédible.

Et le son, alors !

L'aspect sonore est toujours aussi bien traité, avec un plus remarquable : des commentaires (presque) intelligents ! Les actions sont parfois décrites avec précision (type "il déborde à gauche, ajuste son centre..."), et si vous entendez Thierry Gilardi ou Olivier Rouyer déclarer à la mi-temps que "c'est une chose d'avoir la maîtrise du ballon, une autre de marquer des buts", allez donc faire un tour dans les statistiques : vous y verrez sûrement que votre temps de possession du ballon est nettement supérieur à votre adversaire, malgré le score nul !

Enfin, le gameplay

Là, c'est vraiment la révolution. Je vous livre brut l'info du jour : les passes au sol, aériennes et les tirs ne sont plus assistés par ordinateur ! Désormais, lors de l'appui sur le bouton concerné, vous déclenchez le remplissage d'une jauge conditionnant force et hauteur du ballon. Appuyez trop peu et votre ballon fera péniblement trois mètres en roulant, appuyez trop longtemps et il s'envolera dans les airs. La bonne nouvelle, c'est que tout cela reste parfaitement jouable.
On a ainsi davantage l'impression de jouer, et pas juste d'avoir appuyé sur un bouton au bon moment pour déclencher une séquence. Il existe également une fonction qui permet d'effectuer un une-deux, et surtout d'inciter vos partenaires à faire des appels de balle. Ces derniers laissent alors une traînée derrière eux afin que vous jaugiez en un clin d'oeil de la situation.
La 5ème roue du carrosse

A l'heure du verdict, deux facteurs pèsent dans la balance. D'une part, le nouveau mode de contrôle plus fin et réaliste permet de renouveler un jeu pourtant maintes fois décliné au fil des ans. Mais nous n'arrivons pas à nous ôter de l'idée que la version PSX n'a pas été développée sur cette machine, mais adaptée en direct de versions tournant sur des machines autrement puissantes. Il en résulte des problèmes d'affichage (parce qu'évidemment, la résolution n'est plus la même) ainsi qu'une animation quelque peu défaillante, comme si l'on poussait la PlayStation trop loin dans ces derniers retranchements.

Test réalisé par Jérôme Bonnet

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Ceux qui aiment le football
- Ceux qui privilégie le graphisme à la vitesse d'animation



Vous aimerez si vous avez aimé :
- FIFA 2001