Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Far Cry

Far Cry

Le premier jeu des Allemands de Crytek ne passera pas inaperçu. La puissance de son moteur et l’amusement qu’il procure ne suffisent malheureusement pas à masquer les faiblesses de son scénario. Far Cry, un chef-d’œuvre ?
Jack Carver, le héros malgré lui de cette histoire, se retrouve prisonnier d’une île inhospitalière. Bien entendu, il n’est pas seul , l’île en question est peuplée d’une armée de mercenaires à la solde d’un savant fou. Voilà pour le scénario…

Ca plane pour lui

Far Cry ne propose rien de réellement nouveau. Il appartient à cette récente race de FPS (first person shooter), celle des jeux de tir avec course d’orientation et conduite de véhicules. Livré à lui-même, le joueur doit trouver armes (une petite vingtaine disponible dans le jeu) et gadgets pour progresser dans l’aventure. Son outil le plus précieux (après son fusil-mitrailleur M-16) est une boussole / talkie-walkie qui lui permet de savoir quelle menace il va rencontrer et où la trouver ! Comme parcourir l’île à pied prendrait des heures, toute une panoplie de véhicules est à sa disposition (pas en permanence), comme un zodiac pour se rendre d’îlots en îlots, un hors-bord et une jeep armés, ainsi qu’un deltaplane.Assaut ou infiltration

L’œil rivé sur sa boussole pour suivre le bon cap, le joueur peut à tout moment faire le point sur la situation en sortant ses jumelles. D’une sophistication extrême, ces dernières permettent de grossir la vue jusqu’à 24 fois, d’identifier les ennemis et d’entendre leurs conversations (et là, ça vole pas très haut…). Libre à lui ensuite de choisir le meilleur itinéraire pour se rendre sans encombre du point A au point B. On peut par exemple jouer la discrétion en empruntant les passages sombres d’une jungle luxuriante, ou approcher incognito à la brasse et se planquer sous un ponton pour faire feu au dernier moment. Ceux qui le souhaitent pourront également tenter une approche plus frontale, en chargeant et balançant des grenades. Une technique peu recommandée, car les nombreux gardes se montrent assez précis pour vous remplir copieusement de plomb !

Liberté mais pas fraternité !

Cette liberté de mouvement qui est laissée au joueur n’est cependant qu’une illusion. La campagne solo est en effet découpée en niveaux, eux même subdivisés en checkpoints (pas de sauvegardes à volonté). Alors, même si plusieurs possibilités nous sont offertes pour investir un lieu, force est de constater que le jeu nous emmène toujours là où il le souhaite… Les niveaux sont ainsi très décomposés et doivent être franchis dans l’ordre prédéfini. On arrive sur la plage, on escalade la falaise, on fait le ménage au pied d’un fort, on pénètre dans l’installation et on en ressort victorieux pour passer au tableau suivant. Il est cependant toujours agréable de pouvoir expérimenter plusieurs approches. De même que l’on apprécie les transitions naturelles entre niveaux extérieurs et intérieurs.

Faites taire ces bavards !

Et même s’il n’est pas foncièrement novateur, que ses dialogues peuvent faire sourire (ou pitié, c’est selon…), Far Cry se révèle être amusant et défoulant, à défaut de se montrer passionnant.
Les ennemis sont présents en grand nombre par endroit, souvent visibles au dernier moment, cachés qu’ils sont par la végétation abondante ou des rochers omniprésents. Chaque arme est fort heureusement munie d’un niveau de zoom (plus ou moins fort selon sa précision) que l’on actionne le plus aisément du monde en pressant une touche. Se débarrasser d’ennemis avec précision est possible en permanence, et c’est même recommandé car ceux-ci ont la présence d’esprit de se mettre à couvert. Bien entendu on ne nous épargne pas les affrontements contre des véhicules lourdement armés (bateaux, jeeps, hélicos, convertibles…). Les moyens de locomotion restent faciles à piloter et vous permettent de bénéficier d’une puissance de feu supplémentaire , un vrai bonheur.

Mais tout le monde sait que dans ce type de jeu, c’est le mode multijoueurs qui fait sensation et qui souvent fait la différence. Sur ce point, on retrouve les traditionnels modes Free For All (chacun pour sa peau), le Team Deathmatch (le jeu en équipe) et surtout l’intéressant mode Assault où deux équipes devront faire preuve de stratégie. Il s’agira de s’emparer de trois objectifs successifs à l’intérieur d’une map (la carte). L’originalité de ce mode vient du fait qu’il y aura des classes de personnages. Ainsi, chacun aura son rôle à jouer : le sniper, le mécanicien, et le combattant. De belles parties en perspective surtout quand on sait que les véhicules font partie intégrante du multijoueurs.

Un superbe rendu graphique

Pour ne rien gâcher, Far Cry est magnifique. L’arsenal de guerre côtoie ici des paysages bleus cartes postales. Un choix de décor qui est superbement représenté par un moteur graphique dernier cri. Les textures sont colorées et réalistes, les objets bien détaillés, les cieux et éclairages parfaits et la représentation de l’eau est tout simplement superbe. Evidemment, une grosse machine s’avère indispensable pour faire tourner le jeu de manière fluide avec tous les détails à fond. Prévoyez également beaucoup de mémoire vive tant les décors sont importants. En mode Config. Standard sur un PC modeste (2 Ghz + GeForce 3), Far Cry s’est révélé jouable détails au minimum. Ralentissements et arrêts étaient cependant fréquents.

Test réalisé par Ivan Dubessy

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux spectateurs de Koh-Lanta.
- A tous les nostalgiques des courses d’orientation.
- Aux joueurs en manque de FPS (Quake-like).


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Halo
- Vietcong