Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Far Cry 2

Far Cry 2

Après Far Cry Instincts : Predator sorti sur Xbox 360, la série continue son aventure sur la nouvelle génération de console. Un Far Cry 2 sans Crytek, désormais chez EA, et développé uniquement sous la tutelle d'Ubisoft Montréal. La passe d’armes tient-elle toutes ses promesses ?
Fini les îles paradisiaques et cap sur l’Afrique noire en proie à la guerre civile. Vous êtes introduit dans un pays fictif en vue de tuer "Le Chacal", un trafiquant d’armes américain qui alimente toutes les factions pour qu’elles s’entretuent. Mais seulement voilà, c’est lui qui vous coince dès votre arrivée, et vous laisse pour mort tandis que la malaria vous ronge. Erreur de sa part…

J’ai un zèbre dans mon salon

Les environnements de Far Cry 2 font tomber la mâchoire. Dieu que c’est beau ! La savane qui remue au gré du vent, les décors offrant une profondeur de champ de vision impressionnante. 50 Km² d’un monde ouvert tout bonnement magnifique, avec villages, rivières, bidonvilles et animaux sauvages. Sortant de votre lit, titubant et malade, vous tombez en plein combats urbains. Ca pétarade sec, et vraiment ça le fait. Les événements vont vous conduire à côtoyer les deux factions principales. A vous de choisir votre loyauté… ou non. Des personnages importants vous contacteront pour vous proposer des missions, vous suggérer des arrangements avec les ordres reçus des factions, etc. Cela vous permet d’améliorer vos planques et d’accéder à des avantages. De très nombreuses quêtes annexes peuvent aussi être accomplies. Notamment pour les armuriers, ce qui vous donne accès à de nouveaux équipements et à des améliorations pour votre arsenal.
Les armes trouvées au combat étant de mauvaise qualité, il faut en acheter avec les diamants qui servent de moyen de paiement (récompenses de mission, ou planqués dans des valises un peu partout).
En tongs et en chemise à fleur, mais blindé quand même

Partout où vous allez, ça pétarade. En gros, tout le monde vous tire dessus, même souvent des membres d’une faction pour qui vous bossez. Les combats éclatants au début ont rapidement tendance à un peu énerver. Car la dense végétation, terrain idéal pour un cache-cache, ne semble pas affecter le champ de vision de l’intelligence artificielle. Celle-ci peut vous "shooter" tranquillement à 100 mètres tout en courant, vous-même dissimulé derrière un bosquet. Ca agace un peu de voir le jeu dans la subtilité mis en échec ainsi.
Et si vous voulez bourriner, attention : l’ennemi a une tendance malsaine à encaisser des rafales sans broncher. Comme vous aussi êtes résistant, s’ensuivent des combats très intenses mais souvent aussi ridiculement surréalistes.
Ca brûle

Un point intéressant du jeu est la gestion du feu. Lance-flammes et cocktails Molotov vous permettent de provoquer un incendie qui se propage au grès de la végétation rencontrée. Idéal pour contenir un ennemi. Mais gare à ne pas tomber dans votre propre piège ! Et rappelez-vous qu’un lance-roquettes ça crache des flammes, de quoi se mettre le feu aux fesses si vous l’utilisez à croupi dans la savane. Testé et approuvé. Le multijoueur découpe la carte en zones plus petites où "seulement" 16 joueurs s’affrontent. On retrouve les modes traditionnels mais aussi de la capture de diamants (variante de la capture de drapeau) et un intéressant mode soulèvement qui demande de capturer des points avant de tuer le chef ennemi. Pour le coup, la flore et la richesse de l’environnement offrent de superbes terrains de jeu.

Test réalisé par Arnaud Papeguay et Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans
- Aux fans d’environnements ouverts
- A ceux qui aiment les décors exotiques
- Aux mercenaires sans foi ni loi


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Crysis sur PC.
- Far Cry Instincts : Predator sur Xbox 360.