Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

F1 Racing Championship

F1 Racing Championship

Dans la famille F1, après GP2, je voudrais Racing Championship. C'est pour un test : paraîtrait que la simulation F1 sur Dreamcast a enfin trouvé son maître. A voir.
A l'inverse de Monaco, F1 Racing Championship peut s'enorgueillir de la licence FIA. Le joueur pourra ici donc s'ébattre à travers 16 circuits, 11 écuries, et les 22 coureurs de la saison 99. Bien entendu, le ténor et tenant du titre en F1 sur Dreamcast reste F1 GP2, malgré quelques déficiences. Malgré tout, son détrônement n'a pas encore sonné.

Avant la grille du départ

Si vous abordez le jeu sous l'optique arcade, 4 modes de jeu s'ouvrent à vous : Single race, Championship, Time Attack et 2 joueurs (jusqu'à 9 concurrents gérés par la bécane). En Simulation, GP et training viennent compléter l'addition. En entraînement, un radar vous avertit en transparence des virages et zones de freinage (aussi simple que commode). L'arcade marche à coup de check points et la course unique, hors de l'arcade, vous offre la possibilité de sélectionner vos conditions de course. Enfin le championnat et le Grand Prix représentent la Formule Un plutôt stricto réglo, dans les règles de l'art auto-mécanique.
Essais et réglages, warm-up, qualifications, arrêts aux stands, pénalités, climatologie... Paramétrables encore le degré de véracité de votre conduite et la finauderie des autres pilotes (3 degrés pour chaque).
Lorsque simplicité rime avec complexité

En cas d'activation des options dégâts et carburant, 8 types d'avaries sauront vous solliciter en temps utile (radio, freins, moniteur, boîte vitesses, électronique, huile/eau, moteur...). Et si ça peut casser, ça peut aussi se régler à loisir. Ceux qui ne badinent et ne lésinent pas avec la F1 se pencheront furieusement par conséquent sur la transmission, les rapports de boîte, la direction, la répartition du freinage, l'aérodynamisme, l'importance du réservoir, les pneus, les amortisseurs ou la garde au sol. Histoire de s'approprier la voiture de fonds en comble, du rétro jusqu'à l'aileron. Toutefois, le préréglage par défaut conviendra parfaitement à la plupart d'entre nous. Dans un premier temps du moins.
Après la grille d'arrivée

F1 Racing Championship se voudrait le véritable jeu de simulation sur console. Tel qu'il l'est par exemple sur PC. L'apport de la saison 99 du Grand Prix et d'une cocagne optionnelle ne suffit pourtant pas à faire une grande simulation. L'authenticité tient aussi dans la forme. F1RC pêche par des effets optiques (pluie, brouillard, lens-flare...) qui laissent à désirer. Les textures présentent parfois un aspect curieusement rêche et hétéroclite. Le contexte audio ne relève pas le niveau. L'imprécision graphique règne pratiquement sans partage et flanque en l'air la clarté du décor et de l'horizon. Radicalement dommageable à la vitesse d'une F1. A part ces défauts, force est de reconnaître que la multitude d'options, modes de jeu et réglages font de cette simulation une bonne entrée en la matière.

Test réalisé par Jean-Jacques

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux scientifiques et ingénieurs de la F1,
- A ceux qui se tapent de l'allure générale d'un jeu.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Monaco Grand Prix Racing 2
- F1 World Grand Prix 2