Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

EyeToy : Groove

EyeToy : Groove

On ne change pas une combinaison gagnante, et nul doute que pour Sony, l'alliance entre la PS2 et la Webcam a jusqu'ici bien fonctionné. C'est ainsi qu'après nous avoir conviés à jouer, EyeToy nous invite aujourd'hui à groover.
L'été dernier, on découvrait dans les rayons des magasins EyeToy : Play, un jeu d'un genre nouveau dont l'originalité tenait dans le remplacement du pad pour un nouvel accessoire : la Webcam. Le temps de 12 mini jeux, les joueurs deviennent les acteurs phare de ladite production, interagissant par leurs gestes sur tout ce qui se passe à l'écran. Le succès est tel qu'il aurait été dommage de ne pas étendre le concept à d'autres styles de jeux. Et quand vient le moment pour les p'tits gars de chez Sony de faire leur choix, un genre s'impose comme une évidence : la danse.

Ça marche toujours pareil

Sony fait coup double en créant un jeu musical évitant d'utiliser un pad, mais aussi de s'emmêler les pinceaux sur un tapis de danse. Le fonctionnement reste identique à EyeToy : Play. On échange le Dual Shock contre la Webcam sur le port USB de la PS2, on insère le CD, on pose la caméra sur la télé, et... Tada ! Jeu, minois et nid douillet apparaissent en direct live à l'écran. De là, il suffit d'agir dans le champ de vision de la caméra pour interagir sur le menu et les zones à toucher en rythme avec la musique. Si les mouvements varient un peu par rapport à EyeToy : Play (on prend la pose, on reproduit des arcs de cercles, etc.), la différence n'est pas non plus énorme.
La surprise est donc moindre comparée à l'été dernier, mais on reprend du poil de la bête quand on découvre la vingtaine de hits parmi lesquels on peut piocher : Madonna, Village People, Jamiroquai, Earth Wind & Fire, Kool & the Gang, etc.
Une caméra, deux joueurs... plein de possibilités

Groove en solo avec compteur de calories intégré (pff, un truc de fille), atelier de chorégraphie permettant... ben... de créer ses propres chorégraphies... En solo, le soft n'a que peu (voir pas) d'intérêt. A peine 1 ou 2 titres à se gondoler seul devant sa télé, et on est prêt à tout pour faire participer quiconque passe dans le secteur. Que cela soit à 2 en coopération sur le même écran ou jusqu'à 4 au tour par tour (le soft inclut aussi quelques mini jeux ne variant pas tellement du mode principal mais ayant néanmoins le mérite d'être là), ça n'est réellement qu'en multijoueurs qu'EyeToy : Groove prend toute son ampleur. Dès lors, les parties sont bien plus dynamiques, on enchaîne les combos et on se déchaîne sur les phases de free style (histoire de conserver sa réputation de King of the Groove à la rédac'), et, pour la séquence nostalgie, on peut même sauvegarder vidéos et photos prises pendant les parties.

EyeToy ou l'éternel ovni graphique

S'il était déjà improbable de juger du graphisme de EyeToy : Play, là, ça devient carrément mission impossible. En dehors du joueur et de son intérieur, le soft est un pur défilé d'effets de lumière et de pseudo smiley tantôt souriants, tantôt maussades, selon que l'on atteint ou pas sa cible. Encore une fois c'est donc l'animation qui prime.
Pour nous en convaincre, les développeurs ont conçu un mode salle de repos permettant d'accéder à de nombreux effets spéciaux (halos, négatifs de photo, feux d'artifice) mais aussi, et le bonus n'est pas des moindres, de visionner des clips officiels, dont Praise you de Fatboy Slim et la Ketchup Song des Las Ketchup.
Bien qu'EyeToy : Groove crée naturellement moins la surprise que son prédécesseur et que l'on ait toujours à se plaindre d'une durée de vie potentiellement réduite, l'ensemble reste accrocheur, parfait pour ceux cherchant un jeu pour animer des soirées entre copains.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans de EyeToy : Play
- A ceux qui cherchent un soft convivial et facile d'accès
- A ceux qui ne sont pas doués avec un tapis de danse


Vous aimerez si vous avez aimé :
- EyeToy : Play