Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dynasty Warriors 3

Dynasty Warriors 3

Koei nous offre une nouvelle fois l'occasion de nous défouler, d'avoir des picotements dans les yeux, de mettre nos nerfs à rudes épreuves, de péter les plombs, de crier, de nous énerver pour enfin... balancer la manette par terre !
"zen, soyons zen", nous chantait la chanteuse Zazie. Merci pour ce conseil. C'est certain, il va falloir faire preuve de calme et de sérénité dans ce nouvel épisode de Dynasty Warriors, troisième du nom. Le développeur Koei signe là l'un des jeux les plus bourrins de la PlayStation 2. Un vrai beat'em all comme on les aime (comprenez des jeux où il faut taper sur tout ce qui bouge). Laissez de côté votre intelligence, votre esprit de synthèse au vestiaire. Cinq neurones seront nécessaires pour comprendre le jeu et en venir à bout (gauche, droite, haut, bas, taper).

Y paraît qu'il y a un scénario

Faut le dire vite quand même. L'histoire se déroule dans le monde médiéval chinois... Voilà pour le scénario. Vous dirigez l'un des 40 personnages et partez à la conquête des 20 stages que comptent le jeu. Vous et votre armée, composée de plusieurs centaines de vaillants guerriers, avez pour but de tuer le général ennemi.
Avant d'y parvenir, vous devrez
vous débarrasser de plusieurs centaines d'ennemis (soldats, commandants et même des gradés). Vous progressez, récupérez des bonus, des flèches pour tuer à distance, des armes nouvelles etc. Mais le plus beau est certainement l'option Musou...
Le Musou, une option qui sauve la vie

Les connaisseurs savent de quoi nous parlons. Le Musou, déjà présent dans le second épisode permet à votre personnage de vous sortir des mauvaises passes. Appuyez sur le bouton et votre guerrier entre dans un colère folle... Il tape, dégomme tout ce qui se trouve à moins de 5 mètres, enchaîne les combos. Un laps de temps de 10 secondes environ où personne ne peut vous toucher. En somme, vous êtes invincible.

Le moteur 3D un peu poussif

Il est vrai que la version précédente souffrait de quelques ralentissements. Et comme le moteur n'a subi aucune amélioration notable, il suffit qu'il y ait trop de personnages à l'écran pour que l'on constate les mêmes problèmes. Néanmoins, Koei semble avoir trouvé une parade : lorsque trop de personnages se battent dans un même périmètre, ces derniers sont purement et simplement supprimés... pour ne réapparaître que lorsque le nombre de guerriers à l'écran redevient acceptable. Evidemment, pour le joueur, c'est extrêmement irritant (d'où le jet de manette évoqué au début de ce test). Vous aurez parfois l'impression que les ennemis apparaissent, comme ça, par enchantement... Et paf, la manette par terre !

Les améliorations de Dynasty Warriors

Elles sont conséquentes et bienvenues. D'abord une durée de vie enfin acceptable. Les missions sont longues, nombreuses, et de difficulté raisonnable. Dynasty Warriors n'a définitivement pas été conçu pour les enfants ! Elles ont de surcroît le mérite d'être différentes selon les persos. Notons aussi la possibilité de jouer à 2 en versus ou en coopé'. Pas de grosse différence si ce n'est l'écran splitté horizontalement, la nécessité d'avoir au minimum 10 neurones dans l'équipe et deux manettes à balancer par terre. Pour le reste, on remarque qu'il faut être fin stratège ("je cogne là et tu cognes là, ok ?") et que ces modes de jeu donnent lieu à des écarts de langage notables : "faut qu't'aille en bas, où ya le gars qu'est gros", "j'me fais éclater par les archers,
j'suis mal, t'as pas vu une jarre ?" et autres "t'es chiant, tu chourres toutes les armes". Pour finir, signalons que le jeu a été intégralement traduit en français - très important compte tenu du scénario hyper ardu à comprendre. Une trad' mot à mot qui donne parfois lieu à quelques perles : "Les troupes du Wei (prononcez "ouais") ont envahi le Chu (prononcez "chou")".
Au final, DW 3, bien qu'apportant quelques améliorations par rapport au précédent volet, n'a d'autre vocation que d'être un défouloir pur et dur, ce à quoi il arrive parfaitement. A réserver au fans du genre, aux bourrins de base... et / ou à ceux qui ne veulent pas trop réfléchir. Du reste, on y retourne. Où sont les manettes ?

Test réalisé par Caliméro (1er neurone) et Christal (2e neurone)

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui aiment taper, frapper, laminer (dans les jeux vidéo bien sûr).
- A ceux qui ont aimé le deuxième épisode.
- A ceux qui ont été frustré de ne pouvoir jouer à deux dans Dynasty Warriors II.
- A ceux qui aiment les beat'em all.
- Aux jeunes adultes.
- Encore et toujours à la rédaction, sauf les rookies.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Dynasty Warriors II