Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dragon Ball Z : L'héritage de Goku II

Dragon Ball Z : L'héritage de Goku II

Nombreuses sont les adaptations vidéo ludiques de Dragon Ball ayant déçu les fans du manga. Mais depuis l'an passé, les Z warriors ont à nouveau le vent en poupe et après le succès de Dragon Ball : Budokaï sur PS2, c'est l'héritage de Goku second du nom qui confirme la tendance sur GBA.
Le scénario de ce nouvel opus fait suite au premier volet paru en octobre dernier sur le même support. Après avoir passé en revue les sagas de Saiyan, Namek, et Frieza, les développeurs s'attaquent maintenant à celles de Trunks, Androïdes et Cell. Topo de la situation pour ceux qui auraient des lacunes quant à la chronologie des évènements (Dragon Ball Z comprenant plus d'une quinzaine de sagas, il y a de quoi être largué) : Trunks a remonté le temps pour avertir les Z warriors de la venue de 2 cyborgs désireux d'anéantir la Terre. A partir de là, nos héros disposent de 3 ans pour s'entraîner et préparer aux dits robots un comité d'accueil comme eux seuls en ont le secret.

De l'action et de l'aventure

Trunks, Gohan, Piccolo, Vegeta, Goku... Contrairement au précédent volet qui proposait d'incarner un seul et unique personnage (Goku en l'occurrence), ce second opus permet d'alterner entre 5 héros via les points de sauvegarde disséminés dans les mondes. Pour évoluer dans l'aventure, on vole d'un monde à l'autre, on sprint (aribariba !), on casse du monstre (bing, bing), on explose portes et rochers, on se met en quête d'objets clefs, on blablate avec les autochtones afin d'alimenter le journal de missions, etc. Les objectifs secondaires, nombreux et variés, confèrent d'ailleurs à ce second volet une durée de vie bien supérieure au précédent.
Cependant, aussi diversifiés les objectifs soient-ils, il manque tout de même des puzzles à la Golden Sun ou des énigmes à la The Legend of Zelda : A Link to the Past pour empêcher la routine de s'installer relativement vite.
Mieux vaut être fan

Parlote et baston constituent en effet l'essentiel de l'aventure. En contrepartie fort heureusement le soft combine à merveille éléments de jeu de rôle et d'Action/aventure. L'accès aux maps (cartes) et la gestion des objets et power-ups (pouvoir) se fait via une interface lisible et facile d'accès. Quant aux combats, ils se déroulent en temps réel (au corps à corps ou à distance, avec 3 attaques spéciales par perso, plus la possibilité de passer en mode Super Saiyan), mais les persos améliorent par contre leurs attributs (force, énergie, endurance) comme dans n'importe quel jeu de rôle, au gré des affrontements. Reste qu'en dépit de ces nombreux atouts, entre un graphisme fidèle au manga (joli, mais pas de quoi se rouler par terre non plus),
de multiples allusions et rencontres avec les persos de la saga (Qui s'est accoquiné avec qui ? Qui est le fils de qui ? Dr. Brief, Bulma, Krillin, Satan... SOS, ma mémoire vive sature), mieux vaut d'ores et déjà être initié à Dragon Ball Z pour vraiment parvenir à s'immerger dans l'histoire.
Les débutants qui n'ont pas l'habitude de côtoyer ce genre de jeu devraient néanmoins un certain plaisir de jouer.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui sont toujours dans le trip Dragon Ball Z
- Aux débutants prêts à aller faire un détour par le site officiel avant de se lancer dans l'aventure


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Dragon Ball Z : L'héritage de Goku