Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dissidia : Final Fantasy

Dissidia : Final Fantasy

Un rassemblement de guerriers qui ont fait la gloire de Final Fantasy depuis 20 ans se retrouve dans cet opus nommé Dissidia. Le RPG traditionnel laisse la place à un titre de baston musclé. Spectaculaire, original : ce soft ne laisse pas indifférent.
Cosmos, déesse de la Lumière, et Chaos, dieu de la Discorde, s'affrontent pour l'avenir du monde. Quand Cosmos est défaite, seuls 10 héros peuvent lui venir en aide et éviter la destruction du monde. Que vous combattiez pour le bien ou le mal, cette aventure est l'occasion de revoir les personnages qui ont rythmé la saga Final Fantasy depuis sa création. Ainsi que de nombreux clins d'œil et références aux fameux RPG de la série.

Spectaculaire !

Dès vos premiers pas, Dissidia montre qu'avec un peu d'application de la part des développeurs, la PSP peut faire des choses étonnantes. Les arènes de combat de grande taille deviennent le terrain de joutes spectaculaires, rapides, et qui ne souffrent pas du moindre ralentissement.La qualité graphique n'est pas en reste, avec des héros finement modélisés. C'est moins le cas des adversaires, boss et autres héros mis à part, qui se révèlent plutôt génériques. Les effets spéciaux impressionnants soutiennent les attaques fatales avec brio, rendant le déclenchement de ces techniques particulièrement jouissif. Pour ravager la bouche de l'ennemi, on cherche à collecter de l'énergie EX qui permet d'entrer en mode EX.

Une fois cette possibilité atteinte, on frappe la bave aux lèvres pour immédiatement lancer cette dévastatrice attaque qui rime souvent (mais pas toujours) avec un "game over" pour l'ennemi. Le système de combat en lui-même est sujet à caution. Soit on accroche immédiatement et alors aucun problème ne se pose. Soit il rebute totalement et définitivement. Ne reposant pas sur une classique logique de combos, il se joue essentiellement sur deux boutons. Le carré pour les attaques physiques, le cercle pour les attaques de bravoure. Voler la bravoure de l'adversaire avec ces dernières permet de le mettre en syncope. Synonyme souvent de K.O. rapide ensuite avec les frappes physiques. Au fil de sa progression, le joueur peut assigner aux quatre directions du stick, combinées avec carré ou cercle, des pouvoirs. Ceux-ci varient selon que vous soyez au sol ou en l'air. Tout le but du jeu réside alors dans le déclenchement des bons pouvoirs, au bon moment. Ce qui offre une richesse contre l'intelligence artificielle, mais s'avère aussi très bordélique face à un autre humain. Si votre conception du jeu de baston ne colle pas avec ce système de raccourcis, l'action paraît irrémédiablement brouillonne. Vous voici prévenu...

Plein de contenu

Pour un titre de ce genre, Dissidia offre une richesse dans son contenu. Outre les combats rapides ou le mode joueur contre joueur, le soft introduit spécialement en Occident un mode arcade. Absent de la version nippone, il permet de prendre part à une série de combats prédéfinis avec des héros déjà dotés de pouvoirs et équipements. Surtout, le cœur du jeu réside dans le mode narration. Ici, vous suivez l'aventure des 10 héros de la Lumière. A chaque chapitre, vous faites progresser votre avatar sur un damier. Avec un nombre de points d'action limité, à vous de choisir qui vous affrontez, les trésors que vous amassez jusqu'à la fin du niveau. Sachant que réaliser plus de déplacements que vous n'avez de points d'action vous fait perdre des points dans votre score final. Mais affronter d'avantage d'adversaires donne aussi l'occasion de gagner des niveaux. Cruel dilemme d'autant que le combat contre le boss final de chacun des héros s'avère musclé si vous arrivez un peu trop nu. Items, pouvoirs et invocations (qui vous aident en combat) sont à collecter lors de ces explorations sur le damier, avec une chance à chaque affrontement d'obtenir un accessoire. Signalons que le joueur gagne aussi des PJ à échanger en boutique contre divers bonus. Et que le jeu offre aussi des petits à-côtés, comme des jours bonus ou des avantages vous sont attribués. Bref, que du bon pourvu que la prise en main ne vous rebute pas !

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 12 ans.
- Aux joueurs qui veulent retrouver les personnages qui ont fait la gloire de la série Final Fantasy.
- A ceux qui cherchent un titre de baston spectaculaire.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Tous les Final Fantasy (pour l'ambiance)
- Soulcalibur : Broken Destiny