Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Devil May Cry 2

Devil May Cry 2

Dante revient à l'assaut, bien décidé à en finir une fois pour toutes avec les forces des ténèbres ! Le chasseur de démons légendaire en troublante compagnie pour ce deuxième opus.
Fin 2001, Capcom revisitait le beat'em all en proposant Devil May Cry, un titre à l'action soutenue, véritable défouloir pour les joueurs en manque de sensations fortes. En marge d'un gameplay pointu et d'une progression de personnage chiadée, le jeu affichait des décors en 3D temps réel et des plans de caméra fixes, un concept qui commence à dater. On prend les mêmes et on recommence pour ce deuxième volet...

Quand Lucia rencontre Dante

Alors que Dante occupait, seul, le devant de la scène dans le premier opus, il est rejoint par une mystérieuse combattante pour cette suite : Lucia. Avec un look typé corsaire, Lucia est experte en armes blanches, et également dotée de forces démoniaques lui donnant la possibilité de se transformer en entité maléfique, à l'image de Dante.
Un personnage par DVD, avec un scénario qui varie très peu de l'un à l'autre, et une progression à travers les niveaux, pas loin d'une vingtaine au total, qui reste trop similaire. Pouvoir jouer en coopération les deux héros aurait, à coup sûr, été un petit plus non négligeable, mais il n'en est rien.
Toujours la même réalisation

Pas de surprise en ce qui concerne la réalisation technique de DMC 2. On a toujours droit à un environnement en 3D temps réel, très mal desservi par des plans de caméra figés. Par contre, l'architecture des niveaux gagne en profondeur, avec des extérieurs plus nombreux et plus vastes que dans le premier volet. Le système de combat qui avait déjà fait ses preuves est de retour : verrouillage de cible, combos dévastateurs et bourrinage en règle restent de mise. Votre avatar gagne même en mouvements et coups spéciaux spectaculaires. Vous pourrez désormais marcher sur les murs, ou effectuer des sauts monstrueux, pour ne citer que les nouveautés les plus affriolantes. Oui, mais voilà, ce gameplay intuitif n'est que trop mal desservi par la pitoyable gestion des caméras. Même DMC proposait mieux, c'est pour dire !

Grand public rime avec trop facile ?

A trop vouloir simplifier la jouabilité du soft, Capcom propose une suite bien fade où l'évolution du personnage perd de son intérêt, où l'armement récupéré manque d'originalité, où la progression devient trop facile.
Un comble quand on connaît la difficulté de la première mouture. Les pros viendront à bout de Devil May Cry 2 en moins de 5 heures, et ce dès la première partie ! Un moindre mal, il existe une option 60 Hz pour profiter pleinement du jeu avec une animation décente.
Côté action, on a notre compte, mais les fans du premier resteront sur leur faim, tant ce deuxième volet paraît aseptisé.

Test réalisé par Frédéric Pam, qui a diablement envie de pleurer...

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux plus tolérants
- A ceux qui veulent avoir une mauvaise image de la série
- A ceux qui désirent faire la connaissance Lucia


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Devil May Cry