Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Daxter

Daxter

Lorsque Daxter lâche Jack pour une aventure en solitaire, nous avons toutes les raisons de craindre le pire, et de vouloir prendre le large. Mais parfois, la fuite n'est pas le meilleur choix.
Daxter est une aventure inédite située entre les épisodes un et deux de la série Jak and Daxter. Jak, le grand aux oreilles pointues, a été capturé et jeté dans la prison d'Abriville. Vous, dans la peau de Daxter, êtes libre mais démuni, avec pour seule compagnie la promesse de libérer votre ami. Deux ans plus tard, vous dégotez un job dans une entreprise de désinsectisation qui va, d'une pierre deux coups, vous donner la confiance et peut être les moyens de venir en aide à votre ami. Les histoires commencent généralement par ''Il était une fois'', celle-ci débute par ''Pendant ce temps-là''. Ce subtil mélange d'action et de plate-forme utilise à la perfection un univers que les fans reconnaîtront avec bonheur, dans une réalisation absolument royale.

Abriville, une citée pleine de vie, et d'insectes malveillants

La recrudescence des insectes ne vous laisse pas une minute de répit. Les clients se multiplient et vous sillonnez Abriville jusque dans ses moindres recoins : hôtel de luxe, mine à ciel ouvert, port, réseau ferré, pour ne citer qu'eux. Glauques ou chatoyants, étouffants ou vertigineux, calmes ou agités, chacun des lieux sont autant d'ambiances et de façon de jouer différentes. La réussite est double, car non seulement l'ennui n'a pas le temps de s'installer, mais la ville tentaculaire fait parfaitement le lien entre tous les endroits que vous nettoyez.Au final, l'enchaînement tout à fait linéaire des missions passe malgré tout par des déplacements dans
une cité agitée, avec ses véhicules, ses habitants, et laisse une impression de vie et de liberté très forte. L'immersion dans l'univers et dans la peau du personnage est donc totale, du grand art.
Daxter, la bestiole à tout faire qui sait tout faire

Nous connaissions la beloutre orange pour sa gouaille et son intarissable réservoir à vannes, et pourtant, il faut reconnaître qu'elle est aussi habile avec ses pattes qu'avec sa langue, c'est pour dire. Si vous débutez avec une vulgaire tapette à mouche électrifiée, comme seule et unique arme, très rapidement le matériel de Daxter s'étoffe, et notamment son arsenal. Ça tombe plutôt bien, car les ennemis autant que leurs habitations deviennent de plus en plus hostiles. Véhicules, pompe insecticide avec option lance-flamme et ultrasons, ne seront jamais de trop. Une fois encore, le jeu fait preuve de finesse, et ne cantonne pas un objet à une seule et unique fonction. La plupart d'entre eux devront même être détournés afin de progresser dans l'aventure. Ainsi le lance-flamme peut servir de jet-pack quelques instants : diabolique ! Ce petit côté ''débrouillardise'' se retrouve aussi dans la gestuelle de notre héros qui n'hésite pas ramper, sauter, glisser, escalader pour parvenir à ses fins. Le personnage a beaucoup d'épaisseur, il est aussi riche de caractère que de compétences, et l'incarner procure un véritable plaisir.

Une mécanique quasi parfaite

Les éléments à ramasser dans le jeu sont nombreux, et bien que plus ou moins indispensables pour l'aventure, tous se justifient dans le contexte. Le nombre de gemmes, récupéré en tuant des insectes, est utilisé pour déterminer les fins de missions, mais ouvre aussi des rêves bonus. En effet, entre deux clients, si Daxter va se coucher avec un tableau de chasse suffisant, ses rêves se transforment en parodies de films telles que Matrix ou le Seigneur des Anneaux, sous forme de mini-jeux. Dans l'esprit d'un jeu de rôle, sa pratique physique intense lui débloque de nouveaux coups, et augmente sa jauge de vie.

Ou encore, en fouillant avec attention les niveaux, il déniche des insectes spéciaux de combat qui servent en multijoueur dans un remake de Shifumi.

D'un bout à l'autre, jusque dans les moindres détails, le jeu fait preuve d'une très grande cohérence. Aucun doute possible, nous avons entre les mains un petit bijou qui a été créé avec passion, précision et humour, dont vous auriez tort de vous priver.

Test réalisé par Mathias sans Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A ceux qui aiment les grandes aventures, drôles et pleines de rebondissements
- Aux fans de la série des Jak & Daxter
- A ceux qui ne croit pas en la PSP : les amis vous risquez bien de prendre une claque


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Medievil Resurrection. Et même si vous ne l'avez pas aimé.