Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dark Age of Camelot

Dark Age of Camelot

Si je vous dis chevaliers de la table ronde, folklore celtique et mythologie nordique... jeu massivement multijoueurs, combats royaume contre royaume, univers persistant, vous ne voyez toujours pas ? Dark Age of Camelot, bon sang mais c'est bien sûr !
Sorti depuis octobre dernier aux US, Dark Age of Camelot achève enfin son parcours du combattant et rejoint le vieux continent après une phase de bêta-test aboutie. C'est GOA qui animera le petit monde de Camelot en France, forts de leur expérience sur la 4e Prophétie. A quoi s'attendre donc avec DAoC, le nouveau jeu de rôle massivement multijoueurs ?

3 Royaumes s'opposent

L'une des particularités de Dark Age of Camelot réside dans le découpage de son immense aire de jeu en trois royaumes distincts. D'un côté Hibernia, avec ses êtres majestueux bercés par les arcanes magiques de la nature. De l'autre, Migard et ses hordes barbares qui ne jurent que par la force brute et la toute puissance de leurs dieux nordiques.
Et au milieu de tout cela, la noble Albion où chevaliers en armure et redoutables mages tentent de faire revivre la légende d'Arthur. C'est dans ce contexte tumultueux que vous allez devoir choisir votre camp, en gardant bien à l'esprit que vous n'aurez droit qu'à un type de royaume par serveur. Lutte contre l'espionnage oblige.
3 jeux en 1 ?

Si les trois royaumes sont radicalement différents sur la forme, ils se rejoignent sur le fond. On retrouve les classes de mêlée, les lanceurs de sorts, les soigneurs, les rogues, les archers. Il y en a pour tous les goûts, même si chaque royaume est plus propice à certaines professions que d'autres. Au total, on compte une douzaine de races différenciées pour plus de 30 classes de personnages. C'est aussi l'environnement graphique, somptueux au demeurant, qui change du tout au tout en fonction du camp choisi. Les landes arides et hostiles de Midgard se démarquent des plaines verdoyantes d'Hibernia ou des forêts luxuriantes d'Albion. D'un point de vue "roleplay" chaque royaume possède sa propre histoire, véhiculée par les nombreux PNJ (personnages non joueurs) présents dans l'univers de DAoC. Notre avatar gagne en puissance à mesure qu'il chasse des monstres ou s'acquitte de quêtes en tous genres, et la création de groupes de combat (jusqu'à 8 joueurs) est vivement conseillée pour venir à bout des ennemis les plus puissants... un code couleur à la EverQuest renseigne sur le niveau de dangerosité d'un adversaire.

Le RvR, kézako ?

Comme annoncé précédemment, le système de combat Royaume contre Royaume (ou RvR) constitue le point de fort du jeu. On note la présence de zones frontières qui lient chaque royaume, des zones où il est possible de combattre l'ennemi, de mener des sièges, de s'emparer de précieuses reliques. On a notre lot d'émotions lorsqu'il s'agit d'affronter les joueurs des factions opposées. Ca donne lieu à des batailles épiques auxquelles des centaines de joueurs peuvent prendre part simultanément. Mais à ce moment-là, l'animation bat méchamment de l'aile ! Ajouté à cela, la gestion d'un artisanat développé, permettant de créer armes, armures,
vêtements et armes de siège, et on se retrouve en présence du mmorpg proposant le RvR le mieux architecturé du marché. L'interface se prête aisément à l'organisation d'affrontements massifs avec ses nombreuses fenêtres de chat, son système de guildes et ses menus détaillés.
De plus, les développeurs travaillent d'arrache-pied sur la version localisée du jeu en français. Dark Age of Camelot possèdent les atouts pour séduire les accros de RvR et les fans de mmorpg qui recherchent la nouveauté. Un must !

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux blasés d'EverQuest et consorts
- A ceux qui privilégient le PvP (joueur contre joueur)
- A ceux qui sont fâchés avec la langue de Shakespeare


Vous aimerez si vous avez aimé :
- EverQuest
- La 4ème Prophétie