Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Cycling Manager 4

Cycling Manager 4

C’est l’été, la saison idéale pour sortir son vélo et partir sur les routes de France et du monde. Cycling Manager débarque pour la quatrième année consécutive. Et je vais tuer le suspens en vous révélant qu’il s’agit cette fois d’un jeu… de management et de cyclisme. Etonnant, non ?
Cyanide revient avec son titre fétiche, en amélioration constante d’année en année. Après un Cycling Manager 3 fort réussi, la mouture consacrée à la saison 2004-2005 tiendra-t-elle la route (oh je l’ai déjà faite l’année dernière…) ? Cette année, ce sont 1 500 cyclistes, 40 équipes et 350 courses qui vont hanter les nuits des fous du vélo. Autant vous le dire toute de suite, ce cru s’avère très bon.

Plus d’options, plus facilement accessibles

Il est toujours possible de participer à un unique tour, une seule étape ou classique. Mais c’est encore une fois le mode carrière qui nous intéresse. On se souvient que la série avait tendance à pécher par des menus un peu trop fouillis. Cette année, un bon coup de balai a été passé, et cela saute aux yeux. Au premier contact, on recherche ses nouvelles marques et on constate que l’ensemble est bien mieux conçu. Même si forcément le nombre de menus demande un temps d’adaptation. Le tout s’enrichit, avec plus de courses se déroulant en même temps (les noms des compétitions, comme par exemple le Tour de France, ne sont pas sous licence), obligeant à faire des choix et à bien répartir vos coureurs.
Ceux-ci auront deux pics de forme dans l’année, moments idéaux pour les exploiter, alors veillez à bien définir quelles sont ces périodes de forme. Il sera également possible d’avoir accès au calendrier du championnat du monde et d’envoyer vos protégés en stage. Bref, une gestion du temps de chaque cycliste qui va vous rendre fou.
Je suis partout

Parmi les options qui s’affinent : la gestion des éclaireurs. Il sera possible de leur donner des ordres plus précis : arpenter une région à la recherche de jeunes talents, débusquer un professionnel et le suivre, etc. Le tout en espérant signer un contrat lors de la période des transferts. Il y aura aussi la valse des sponsors à gérer, afin d’enrichir l’équipe et de lui offrir le top du top au niveau matériel (et il y a de quoi faire). On rencontre donc une partie gestion plus poussée que jamais. Pour certaines épreuves, il faudra demander une inscription si on ne vous a pas fait la grâce de vous inviter, ce qui engendre des frais supplémentaires.

La partie course

On retrouve le moteur graphique de Cycling Manager 3, un peu dopé pour l’occasion, mais dont la faiblesse se fait sentir. Il reste satisfaisant pour ce genre de titre. Les courses révèleront surtout une IA bien plus agressive et moins encline à se laisser larguer. Le peloton est doté d’une vraie vie que des commentaires audio viennent enrichir, nous informant des grands événements.
Les fautes, gamelles et autres crevaisons semblent plus fréquentes. A signaler un nouveau gameplay pour le contre-la-montre qui vous obligera à peaufiner la stratégie et à définir des fréquences de pédalage et des ajustements de plateaux et pignons. Bref, des petits plus intéressants pour ce quatrième opus.
Cependant, ces modifications n’inciteront à l’achat que le joueur acharné du genre ou ceux qui n’ont pas la version précédente.

Test réalisé par Arnaud Papeguay

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux acharnés du vélo qui veulent avoir l’ultime soft de gestion dans ce sport
- A ceux qui connaissent sur le bout des doigts les stratégies du cyclisme
- Aux gestionnaires capables de gérer 36 choses à la fois


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Cycling Manager 3