Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Cycling Manager 3

Cycling Manager 3

A chaque année son Cycling Manager. Et une cuvée 2003 qui débarque juste avant le départ du Tour de France. A vous les joies du management. Encore faut-il aimer les jeux de gestion.
Le vélo, c'est cool comme sport. Ca fait bien mal aux mollets et c'est super éprouvant. Alors moi je préfère regarder les autres faire, vautré dans mon canapé avec une bière à la main. D'ailleurs, dans Cycling Manager 3 il n'est point question de pédaler, mais de jouer le big boss qui reste assis et crie quand on ne lui obéit pas.
Avec sa quarantaine d'équipes, le jeu de Cyanide vous laisse l'embarras du choix. Pour mener la vôtre sur le long chemin de la réussite, il faudra être un gestionnaire hors pairs, et surtout bien connaître vos coureurs. Petit regret justement concernant ces derniers : tous n'ont pas leur véritable nom.

Au pognon tu veilleras

S'il est possible de ne participer qu'à un seul tour, voir une seule étape ou une classique, le vrai intérêt du jeu est le mode carrière qui laisse les rênes libres d'une équipe sur plusieurs saisons. Il faudra gérer absolument tous les éléments de la vie du groupe, en particulier les ressources humaines. Il est possible d'engager des médecins, un entraîneur, des éclaireurs et même de négocier des contrats avec des coureurs.
En interne, chaque contrat peut aussi être renégocié, avec le risque de se faire envoyer au bain par l'intéressé si vous décider de lui sucrer une trop grosse part de ses revenus. L'argent sert aussi à se procurer du matériel : cadres, roues et casques et ainsi améliorer votre vélo. A vous donc de choisir le bon équipement selon la course à venir.
Allô maman bobo !

Un coureur, ça s'épuise aussi. Il faudra donc veiller à ne pas l'engager trop fréquemment dans des tonnes de courses et lui procurer un entraînement adapté. Les spécialités de chacun sont aussi à prendre en compte : envoyer un grimpeur faire un contre-la-montre est particulièrement inutile. Alors, pour les étapes mêlant différents types de terrain, gare à la composition de l'équipe !
Plus les courses se succèdent, plus les petits gars ont tendance à se blesser, ou simplement à s'enrhumer. Les séances de carambolage dans le peloton avec incrustation des dents dans le bitume sont bien évidemment à déconseiller. Quand plusieurs coureurs rencontrent des problèmes de santé, à vous de définir qui soigner en priorité (non, on ne peut pas les achever à coups de calibre 12).

Objectif tune

Lors d'une carrière, il faudra se fixer des objectifs à atteindre pour la saison. Et surtout les respecter, sinon les sponsors ne vont pas apprécier. Plus ils sont difficiles, plus ils rapportent. Et plus ils rapportent, plus on peut acheter du matériel et des coureurs, donc gagner plus d'euros. Bref, c'est comme en vrai : l'argent amène l'argent. Pour recruter la perle rare, il est nécessaire de surveiller les classements, et aussi de faire suivre les coureurs qui vous intéressent par des éclaireurs.
Contre paiements, ces derniers évalueront pour vous le candidat, ou même l'un de vos compétiteurs afin d'affiner les statistiques dont vous disposez. Mais pour réussir tout cela, il faudra s'y retrouver dans les différents menus. Et là, le soft pêche un peu.
Une ambiance de folie

La réalisation lors des phases de course est impeccable. On se retrouve plongé dans l'ambiance comme à la télé. Les cyclistes grimpent en danseuse, descendent plein pot tête baissée, sprintent comme des fous, lancent des échappées. On les voit même se "ravitailler" (par la bouche, pas avec des seringues).
Vos joueurs, eux, attendent les ordres. Et là, le hic c'est que le mode d'emploi est très (trop !) flou. Difficile pour le novice de savoir que faire et quand le tenter. Bref, on a vite fait de lancer des attaques foireuses qui se soldent par l'épuisement des coureurs sans avoir réussi à lâcher le peloton. On se rend compte finalement que ce genre de jeu requiert un minimum de connaissance dans le cyclisme. Heureusement, le public braille pour nous encourager dans un environnement truffés de petits détails : architecture locale respectée, arrêts d'autobus avec des affiches publicitaires apparentes, etc. Un vrai bonheur.

La troisième édition de Cycling manager est un très bon cru, dans la lignée de la série dont il garde quelques défauts. Mais dans l'ensemble, c'est du tout bon. Il est clair que pour profiter pleinement du jeu, il est pas inutile de posséder quelques connaissances dans deux domaines : le cyclisme et la gestion.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui aiment voir des cyclistes souffrir à la télé,
- Aux connaisseurs,
- Aux amateurs de jeu de management,
- Aux drogués du vélo qui attendent la Vuelta comme le messie,
- A ceux qui connaissent les vainqueurs du Paris-Roubaix depuis sa création,


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Cycling manager
- Cycling manager 2
- Eurotour Cycling