Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Command & Conquer 3 : Les guerres du Tiberium

Command & Conquer 3 : Les guerres du Tiberium

Déjà huit années se sont écoulées depuis la sortie de Command & Conquer : Soleil de Tiberium. Et les fans de la série veulent certainement connaître la suite des événements. Nous sommes en 2047, et la troisième guerre entre le GDI et le NOD risque bien d’éclater.
Après la petite aventure de Command & Conquer : Generals, Electronic Arts renoue avec le monde principal, l’univers qui est au cœur de la série originale Command & Conquer. An 2047 : le minerai étrange qu’est le tiberium continue de se répandre, menaçant la vie sur Terre. Alors que le GDI pense avoir vaincu le NOD après deux guerres mondiales épuisantes, ce dernier revient sur le devant de la scène, plus violent et fanatique que jamais. Mais ils ne sont pas seuls. Les Scrins, un peuple extraterrestre va faire aussi parler de lui. Son existence faisait l’objet de quelques allusions dans Soleil de Tiberium. Elle devient maintenant réalité puisqu’il s’agit de la troisième faction jouable, venue conquérir la Terre. A-t-elle un lien avec le fléau qu’est le tiberium ?

Evolution sans révolution

Dès le lancement du soft, le joueur prend aisément le contrôle de sa faction. Chacune a son style de jeu et ses unités propres, mais elles reposent sur une même base : récolter le précieux tiberium (unique ressource du jeu) pour construire des bâtiments, qui donnent accès à des unités ou améliorations, ainsi qu’à d’autres bâtiments plus évolués.
Rien que du très classique, avec des arbres technologiques relativement proches et compréhensibles. L’interface n’en révèle pas moins son côté efficace. Elle a été simplifiée par rapport à la version PC mais garde une ergonomie impeccable.
Le laser, ça crame les yeux

Dès les premiers combats, la qualité de réalisation en met plein les yeux. Ca pétarade de partout et les bâtiments s’effondrent en subissant des dommages. Puis petit à petit vous disposez d’unités de plus en plus puissantes, et là c’est le festival des lasers qui fusent, des explosions de l’artillerie. Et l’apocalypse arrive sous la forme d’un canon à ions ou d’un missile nucléaire. Ce festival pyrotechnique sert un gameplay efficace mais privilégiant l’action à la tactique pure. En effet, c’est souvent le rush massif dans le tas (avec les centrales électriques comme cibles favorites) qui rapportera la victoire. Au fil des combats, vos unités gagnent de l’expérience, les rendant encore plus fortes. Mais ces bonus au fil des victoires ne signifient en rien que vous venez de faire quelque chose d’intelligent : vous avez juste envoyé en masse des unités adaptées à la cible. On aime ou on n’aime pas. Mais c’est défoulant, et qu’est-ce que c’est bon de voir tout ce beau monde se mettre sur le museau avec autant d’acharnement.

Le plein de missions

Le soft propose évidemment les traditionnelles escarmouches sur toute une série de cartes contre des ennemis dirigés par l’intelligence artificielle (en solo) ou par d’autres joueurs (en ligne).
L’I.A. peut ici être ajustée pour favoriser développement tranquille, rush rapide, attitude agressive, etc. Command & Conquer 3 se classe dans la catégorie des jeux de stratégie temps réel qui ont opéré une transition sur console de nouvelle génération. Il mise tout sur l’action, l’accessibilité et le spectaculaire. Et sur ce terrain, il décape plutôt fort.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux stratèges de tout niveau, mais qui ont au moins 16 ans
- Aux fans de RTS qui en mettent plein la vue
- Aux joueurs qui voulaient renouer avec l’univers originel de C&C


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Le Seigneur des Anneaux : La Bataille pour la Terre du Milieu II