Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Burnout 3 : Takedown

Burnout 3 : Takedown

Quelques jours à peine après sa sortie sur Xbox, Burnout 3 : Takedown déboule sur la console de Sony. Pas de jaloux : les deux versions sont aussi furieuses l'une que l'autre.
Allez, pour une fois, on ne va pas vous faire languir jusqu'à la fin de l'article : Burnout 3 est une vraie bombe. Mieux que l'épisode précédent, mieux que Need for Speed : Underground, mieux que l'antique - mais excellent - Ridge Racer... Vous aurez beau chercher : aucun jeu de bagnole orienté arcade ne lui arrive à la jante.

Un festival de cartons spectaculaires

Le concept de Burnout est bien connu des amateurs de tôle froissée mais un petit rappel s'impose pour les autres. Le jeu vous place aux commandes de voitures lancées à fond sur des routes où règne une circulation parfois très dense. Dans ces conditions, les accidents sont inévitables. Mieux : ils sont ici au cœur du jeu. Les développeurs ont d'ailleurs pris soin de reproduire avec minutie ces crashs spectaculaires :
véhicules qui se déforment complètement sous l'impact, débris qui jonchent la chaussée, explosions en tout genre, etc. Imaginez le résultat d'un choc frontal à plus de 300 Km/h entre une voiture de sport et un camion citerne dans lequel viennent ensuite s'encastrer trois bus, deux voitures de tourisme et une camionnette de livraison. Apocalyptique, tout simplement !
Le plus beau jeu de voiture de ces dix dernières années

La réalisation de Burnout est tout bonnement somptueuse. Le graphisme est particulièrement soigné, l'impression de vitesse est hallucinante, la diversité des courses est au rendez-vous... On n'avait pas vu un titre d'une telle qualité technique depuis très longtemps. Du côté des modes de jeu, deux familles différentes sont proposées pour varier les plaisirs : les courses et les crashs. La première propose de nombreuses variantes assez classiques - duel, course contre la montre, grand prix, etc. - sur des pistes assez différentes pour que la lassitude ne s'installe jamais tandis que la seconde vous propose de créer les accidents les plus impressionnants possibles. Roulez à fond, éjectez les voitures de vos concurrents, prenez un maximum de risque pour remplir votre barre de boost : les responsables de la sécurité routière vont certainement avoir une crise cardiaque en découvrant ce titre mais le résultat final est particulièrement jouissif. Surtout pour ceux qui ont l'habitude de passer des heures dans des embouteillages.

Quelques nouveautés à signaler

Au chapitre des nouveautés, on a droit pour cette troisième édition à "l'aftertouch", un ralenti qui se déclenche lors des cartons et qui vous permet de contrôler votre épave pour entraîner d'autres joueurs avec vous. La conduite est donc ici plus agressive que jamais et vos adversaires n'hésiteront pas à vous catapulter dans le décor à la moindre occasion.
De nombreux bonus et récompenses en tous genre ont été ajoutés et l'interface a également été repensée. Du côté du multijoueur, notons l'apparition d'un mode crash en écran splitté pour 2 et le support du jeu en ligne pour se mesurer à 7 autres fous du volant en solo ou par équipe. De quoi allonger considérablement la durée de vie, déjà confortable, de Burnout 3.
Qui aime bien, châtie bien

Devant un tel déluge de points positifs, vous pourriez pensez que Burnout 3 est le jeu parfait. Ce n'est hélas pas le cas. En premier lieu, sachez que certaines courses contre la montre peuvent être extrêmement frustrantes. Pour obtenir la médaille d'or dans ce mode, il faut souvent parcourir l'intégralité de la piste avec le boost à fond sans commettre la moindre erreur. Un simple accrochage et vous pouvez recommencer... Dans le même ordre d'idée, les autres concurrents ne sont jamais bien loin de vous, même si vous les avez envoyés balader dans un ravin, tandis que vous pouvez très bien accumuler un retard considérable au moindre carton. Règle numéro un : une I.A. qui triche, c'est mal. Autre petit reproche : les angles de caméra lors des crash ne sont pas toujours très heureux ce qui force parfois à effectuer des actions en aveugle, en particulier pour atteindre certains multiplicateurs. Pour finir, le DJ nous a très vite gonflé , heureusement qu'on peut le désactiver dans les options.

C'est tout ?

Et oui, c'est tout pour les reproches. Le reste est impeccable et la jouabilité est exceptionnelle. Ajoutez à tout cela une version française intégrale, la possibilité d'utiliser des bandes son custom et pas moins de 67 véhicules à débloquer pour affronter les 173 épreuves du mode solo. Une "vraie bombe" disions-nous plus haut. Vous en doutiez ?

Test réalisé par Guillaume Pan'.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui veulent transgresser le code de la route
- Aux pilotes qui aiment quand ça va très vite
- Aux amateurs de crashs spectaculaires


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Burnout
- Burnout 2