Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Blood Omen 2

Blood Omen 2

Depuis la sortie du premier Blood Omen en 1996, Kain devait se contenter de faire de la figuration dans Soul Reaver. Lassé d'être relégué à l'arrière plan, il part à la conquête de la PlayStation 2, bien décidé à ne plus partager la vedette avec Raziel !
Ceux qui ont découvert le personnage de Kain à travers les deux premiers volets de Soul Reaver (en réalité les seconds et troisièmes opus de la saga des Legacy of Kain) ne voit en lui que le prince des ténèbres, l'infâme créature à l'origine de la chute de Raziel. Mais l'histoire de Blood Omen 2 débute plusieurs siècles avant que Raziel ne subisse le courroux de son maître... à une époque où Kain devait combattre ses propres démons. Vous me suivez là ?

La chute d'un empire

Lorsque nous avions quitté Kain, le vampire régnait sur le royaume de Nosgoth. Craint, respecté et à la tête d'une puissante armée, rien ni personne ne semblait pouvoir lui résister. Pourtant, ce jour arriva. Les Séraféens, une horde d'humains fanatiques, s'élevèrent contre la suprématie du souverain. Au terme d'une longue guerre, les légions de Kain furent terrassées, leur chef dépossédé de son épée magique, la Soul Reaver, et son corps laissé pour mort.
Après deux cents ans d'hibernation, Kain s'éveille à Meridian, capitale de Nosgoth, à une époque où les humains ont pris le pouvoir et les siens sont devenus une race en voix d'extinction. Rapidement, Kain est pris d'une inextricable soif de vengeance... un plat qui se mange froid avec plein de ketchup.
Dracula 2002

Après une cinématique d'intro semblant tout droit sortie du "Dracula" de Coppola (sauf que dans un film, le doublage des voix suit le mouvement des lèvres des acteurs), le décors est planté. La revanche de Kain va être à la hauteur de l'humiliation qu'il a subie... autant dire incroyablement sanglante ! Entre la brume, les décors somptueux mais néanmoins sordides, les hurlements des chiens errants, le chant mélodieux des oiseaux nocturnes et sous peu, les supplications de vos victimes (Pitié monsieur vampire, ne me tuez pas... Désolé ma mignonne... crunch... slurp), l'ambiance est suffisamment glauque pour que même Buffy (Boucle d'or contre les vampires, vous connaissez ?) n'ose se risquer dans les ruelles sombres de Meridian.

Natural born killer

Pour récupérer ses forces d'antan (et conserver son teint de jeune-fille blafard), Kain doit évidemment avoir sa dose quotidienne d'hémoglobine. Pour cela, il peut lacérer ses victimes à coups de griffes, récupérer des armes (massue, poignard, glaive, etc.) sur les cadavres de ses opposants, empoigner un ennemi, le soulever par la gorge jusqu'à entendre le doux craquement de ses vertèbres, le projeter, l'achever à coup de pieds...
vous n'imaginez pas combien je me suis délectée à explorer toutes ces possibilités ! Mais en plus de cela, il acquière progressivement des dons obscurs (invisibilité, envoûtement, télékinésie, attaques dévastatrices, sauts spectaculaires) qui vont lui permettre de devenir de plus en plus redoutable.
Kain survivant de l'enfer

Hormis les combats, le soft propose des phases d'exploration et des énigmes à base de leviers à enclencher, de blocs à déplacer, etc. Au niveau du gameplay, la prise en main du personnage est agréable, d'autant qu'une de vos congénères vous aide à faire vos premiers pas dans la ville de Meridian (après une sieste de deux cents ans, forcément, vous êtes un peu rouillé). L'apprentissage des dons est également assez aisé, et jongler de l'un à l'autre devient vite instinctif. Malgré un scénario linéaire, une difficulté abordable et des ennemis pas très futés (sauf pour les boss qui vous donneront peut-être un peu de fil à retordre), les niveaux sont suffisamment vastes pour vous procurer pas mal d'heures de jeu... en attendant d'assouvir votre vengeance, armez-vous de patience.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fidèles de la série
- A ceux qui cherchent un jeu d'action gore à souhait
- A ceux qui rêvaient secrètement d'incarner Kain
- A un public averti... qui en vaut deux
- Aux adultes plus qu'aux bambins.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Legacy of Kain : Soul Reaver 2
- Devil May Cry