Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Bionicle Heroes

Bionicle Heroes

Conçu par des mains expertes et bénéficiant d'une bonne popularité, Bionicle Heroes a tout pour réussir. Et pourtant, certaines pièces s'emboîtent mal et rendent le jeu bancal.
Après un deuxième épisode de Lego Star Wars, et une excellente surprise à la clef, nous avions de quoi être excités par l'arrivée de Bionicle Heroes. En effet, le casting semblait parfait, les mêmes développeurs, des héros tout en lego et un système de jeu apparemment similaire à la double trilogie. Mais voilà, en quelques minutes les espoirs s'effondrent et l'on commence alors à chercher ce qui peut bien pêcher dans cette aventure.

Une histoire pas franchement originale, et alors ?

Vous débarquez sur l'île de Voya Nui dont les habitants ont été transformés en créatures agressives par six Piraka. Ceux-ci se sont emparé du masque de vie et utilisent sa toute puissance à des fins belliqueuses. Votre mission est simple, rétablir la paix sur l'île et récupérer le masque de vie. L'accès aux différentes missions se fait à partir du centre de l'île, c'est aussi là que vous trouverez la boutique dans laquelle acheter toutes sortes d'améliorations, de bonus et de conseils. Pour commencer, sur les 25 niveaux répartis dans six environnements, très peu sont disponibles. Il est nécessaire de finir une mission pour ouvrir la suivante.
Vous partez de rien, et à force de tirer sur tout ce qui vous entoure, vous accédez à un contenu qui ne cesse de s'enrichir. Malheureusement, votre rôle, lui, n'évolue jamais et se cantonne presque exclusivement à de la destruction.
Devinez, devinez, devinez qui je suis...

La mécanique de jeu repose sur un système de masques : les Toa Inika. Votre personnage peut posséder jusqu'à six masques différents qui lui confèrent chacun des capacités particulières : marcher sur l'eau, grimper sur une paroi ou encore activer un mécanisme. Aucune prise de tête de ce côté là, dès qu'une situation nécessite un masque particulier, celui-ci apparaît clairement en vignette, et si vous le possédez, une simple pression sur un bouton vous permet de le revêtir sans avoir à le chercher dans les menus. Ce qui, au départ, semble rendre le jeu plus lisible, prive en fait le joueur de toute réflexion, diminuant par la même occasion l'intérêt du jeu. Et si l'intégralité des pouvoirs ne sont pas immédiatement disponibles, ce n'est qu'à force de persévérance et de découverte de l'île que vous finirez par tous les acquérir. Mais là encore, ne comptez pas sur votre puissance intellectuelle, mais bien sur votre habilité à tout flinguer. Récupérer tous les bonus nécessitera simplement de revenir, une fois votre personnage mieux équipé, dans les niveaux que vous avez déjà parcouru.

Le fond et la forme : même combat

Malgré l'action débridée et quasi permanente du jeu, Bionicle Heroes est vite ennuyeux tant il ne demande rien de plus que d'appuyer sur le bouton de tir. La forme, malheureusement ne rattrape en rien cette sensation et va même, au contraire, jusqu'à l'accentuer. En effet, l'utilisation des effets de flou à outrance, la caméra placée derrière l'épaule de votre personnage autant que le manque de précision des contrôles transforment plus l'expérience de jeu en une épreuve qu'un bon moment de divertissement.
Pour celles et ceux qui ont joué à Lego Star Wars, il manque ici le second degré et le côté parodique, la clarté des décors, l'interaction entre les personnages, et les changements de rythme. Bref, il manque ici l'ensemble des ingrédients, que ce soit dans le fond ou la forme, qui donnent du caractère et de l'intérêt à un jeu. Seuls les fans absolus des Bionicle Heroes, amoureux de la mitraille, y retrouveront peut être leurs petits, et encore, rien n'est moins sûr.

Test réalisé par Mathias en pièces détachées Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux enfants de plus de 7 ans, en tout cas en théorie.
- A ceux qui aiment les Bionicles au point d'acheter un jeu qui n'a que peu d'intérêt
- Aux amoureux du pan pan qui ne sont pas trop regardant


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Lego Star Wars II mais sans classe ni saveur.