Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Battalion Wars

Battalion Wars

Des personnages et un scénario que ne pourrait pas renier Advance Wars, à la différence près que vous n’êtes plus au-dessus des conflits, les pieds en éventail. Maintenant, ça se passe sur le terrain.
La jaquette, le scénario, les dialogues et le design des différents chefs de guerre, tout nous rappelle l’incroyable série des Advance Wars sur GBA ou sur DS. Mais par le truchement de la GameCube, la stratégie au tour par tour en vue du dessus a été remplacée par la stratégie temps réel tout en 3D. Le monde d’Advance Wars est devenu le monde de Battalion Wars. Ce pays a toujours été tiraillé par les affrontements entre la Fédération Occidentale et les Territoires de Tundra. Jeune militaire occidental et ambitieux, vos différents faits d’arme vous promettent un avenir glorieux. C’est alors que de nouvelles forces émergent, puissantes, destructrices, et le monde ne trouvera de salut que si les ennemis d’hier deviennent les alliés d’aujourd’hui.

A quoi cela ressemble-t-il ?

Accompagné d’une escouade plus ou moins importante, vous incarnez un personnage ou un véhicule de votre choix sur la carte d’un niveau. Il existe six corps de métiers aux armes et aux spécificités variées, du tirailleur au grenadier, ainsi qu’une douzaine d’engins, de la jeep à l’avion de chasse en passant par le char. La caméra peut adopter deux positions, soit directement derrière vous, soit plus largement au dessus de vous, afin d’obtenir une vision plus globale du terrain. Les environnements dépendent de la localisation des combats, et varient de la plaine verdoyante aux îles paradisiaques, en passant par les déserts arides. Chacun a ses particularités géographiques avec lesquelles il faudra composer : cours d’eau, dunes, montagnes etc. Même si un radar succinct vous donne quelques indications, les informations clés se trouvent sur une carte disponible dans le menu pause.
La position et la nature des unités, amis ou ennemis, ainsi que les objectifs réalisés et à faire, au cas où vous n’auriez rien écouté pendant le briefing. Une fois la mission terminée, une lettre sanctionne votre habileté au combat suivant trois critères : votre vitesse, les dégâts subits et infligés. Avoir de bonnes notes permet d’ouvrir des missions bonus.
Commander : de la théorie à la pratique

Quelque soit l’unité, vous pouvez changer à n’importe quel moment, un menu simple et intuitif vous permet de donner des ordres basiques : garder la position, suivre ou attaquer. Ils peuvent rester généraux, ou s’appliquer à une cible en particulier. Pointez, sélectionnez le groupe, le corps de métier, ou l’unité de votre choix, puis assignez. Par contre, cette phase est impossible à réaliser d’après la carte détaillée, ce qui limite malheureusement l’aspect stratégique. En effet, si incarner une unité sur le terrain est l’atout majeur de ce titre, il empêche de superviser à chaque instant le reste de vos soldats. De plus, il est pratiquement impossible d’être précis et rapide si l’on souhaite multiplier les tâches. Heureusement, l’intelligence artificielle est efficace, chacun cherchant plus ou moins à éviter les tirs et à se soigner si nécessaire. Respectez les spécialités de vos hommes, et vous serez surpris du résultat, par contre, faites n’importe quoi, et c’est la catastrophe assurée.

A qui conseiller la pratique guerrière ?

Les premières missions, très simples, introduisent petit à petit chaque spécialité. Très vite, les objectifs se multiplient, la liberté d’action prend tout son sens et on comprend qu’il existe plusieurs solutions pour gagner.
Il est alors impossible de jouer comme un bourrin, et mettre en place une tactique est indispensable. Ce mélange stratégie action risque de surprendre, voire de décevoir les fans de chacun de ces deux styles. Heureusement, le jeu est bien réalisé, son univers accrocheur, et surtout il ne se prend jamais au sérieux.
Finalement, passer du cockpit d’un avion de chasse, au volant d’une jeep, aux commandes d’un char, pour finir dans les rangers d’un commando est plutôt amusant et rafraîchissant, sans être excitant.

Test réalisé par Mathias Chef oui Chef Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A ceux qui adorent Advance Wars mais qui rêvent de plus d’action
- Aux stratèges qui ne conçoivent le commandement que sur le terrain
- A ceux qui pensent que la place d’un général est à côté de ses troupes, et nulle part ailleurs


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Pikmin 2 pour le côté implication dans le groupe.
- Yu-Gi-Oh! Falsebound Kingdom pour le côté stratégie.