Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Baten Kaitos : Les ailes éternelles et l'océan perdu

Baten Kaitos : Les ailes éternelles et l'océan perdu

Baten Kaitos fait décoller le jeu de rôle avec un système hybride, à l'image des ailes de son héros, entre jeu de carte et aventure, dans une histoire intelligente qui conduit à la jubilation.
L'histoire de Baten Kaitos est envoûtante. Elle nous fait vivre, dans une montée en puissance incroyable, la transformation d'un simple récit en une véritable épopée. Kalas, un jeune adulte, ne pense qu'à venger la mort de son grand père et de son frère. Sur les traces du tueur, il croise le chemin de Xelha, une jeune femme qui poursuit une quête aux enjeux planétaires. On apprécie dès le début de trouver des personnages avec de véritables faiblesses évoluer dans un scénario qui n'est pas complètement complaisant. Plutôt égoïste et macho, notre héros ne veut pas s'impliquer dans les conflits qui menacent son monde, tout comme il se moque des forces politiques en présence. Vous incarnez l'ange gardien de Kalas, ce qui vous permet de le diriger et de dialoguer avec lui, via un système de réponses à choix multiples. Plus vous êtes en osmose, plus il se sentira en confiance et meilleurs seront ses attaques.

Une réussite de 1022 cartes

Les cartes, appelées Magnus, sont l'élément clé de Baten Kaitos. Elles permettent de transporter et d'utiliser toutes sortes d'objets ou de sorts, capturant l'essence dont ils sont constitués, pour les stocker, et à tout moment pouvoir les restituer. Durant les phases de découverte, les interactions avec l'environnement sont claires et signalées par des points d'exclamation, on décide alors simplement d'utiliser ou pas la carte de son choix. Le menu "collection" dénombre 1022 Magnus dans le jeu. Chacune est retournée et muette jusqu'à ce qu'on la découvre au cours de l'aventure, ce qui donne accès à sa description. Un classement par critère de pertinence est disponible dans chacun des menus ce qui facilite grandement leur utilisation : l'interface a été conçu pour que la lisibilité soit la plus efficace possible, c'est une réussite.
Le temps influe sur les objets, l'eau claire croupie ou les fruits mûrissent, puis pourrissent par exemple, et si l'on est surpris au départ par ces phénomènes, très rapidement on s'amuse à faire des tests, et l'on découvre de nouvelles cartes aux spécificités attractives : ce système est purement jouissif.
Belote, rebelote et dix de der

Le système de combat repose sur 3 types de cartes : l'attaque, la défense et les extras, qui permettent de fuir, soigner ou ajouter des bonus de puissance. Les 4 éléments (terre, air, eau, feu), tout comme l'alignement sont pris en compte, et les personnages, comme les ennemis peuvent avoir des affinités avec l'un d'eux. Les affrontements se déroulent au tour par tour, et chacun se retrouve avec une main aléatoire issue de sa "pioche", qui est une sorte de réservoir de cartes, définie au préalable. Suivant le niveau de son personnage, on peut poser plus ou moins de cartes par tour, et la main se renfloue du nombre d'unité utilisée. Stratégique au possible, l'ordre et le choix des cartes permettent d'amplifier les dégâts ou la protection. Plus on joue et plus on comprend et apprécie toute la subtilité, la portée et l'intelligence de ce système. Les combats sont passionnants et rythmés. Ainsi, lors des phases de défense, il faut poser ses cartes avant l'adversaire pour qu'elles soient prises en compte. Rapidité et réflexion, il va falloir garder la tête froide pour ne pas faire n'importe quoi.

Autant jouer cartes sur table

Baten Kaitos est intelligemment pensé et réalisé. Le début est lent, l'intrigue politique aux accents de fin du monde n'est pas attractive, et comme le héros on cherche juste à en découdre. Là où c'est fort, ce que l'histoire va dans ce sens, sans trop nous impliquer. Alors doucement, on évolue comme le personnage, au hasard des rencontres on apprend des subtilités sur les Magnus, et l'on s'investi de plus en plus.
L'apprentissage du héros est une sorte de tutorial masqué, on se laisse séduire, apprivoiser, et sans s'en rendre compte, on met le doigt dans un engrenage infernal qui va créer en nous un désir d'avancer irrépressible, le désir de sauver ce monde. Ce jeu est un petit bijou.
Test réalisé par Mathias Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui ont envie de vivre de véritables aventures romanesques
- A tous, à partir du moment où l'on accepte d'avancer à tâtons au début du jeu
- A ceux qui voudraient un jeu qui tienne le coup plus d'un week-end


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Tales of Symphonia