Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

And1 Streetball

And1 Streetball

Après le football, l’heure est au basket de rue. Un sport extrêmement populaire de l’autre côté de l’Atlantique. Et si tout est dans le style, reste à imposer le vôtre.
Le Streetball est très apprécié aux Etats-Unis. Pratiqué depuis des dizaines d’années, de Brooklyn à Los Angeles, le basket de rue a, peu à peu, gagné notre belle contrée. Un sport où tout est permis ou presque pour se distinguer et humilier sportivement son adversaire. Mais le streetball c’est avant tout du spectaculaire pour impressionner l’autre et sa minette !

Un défilé de mode

Le basket de rue c’est d’abord beaucoup d’intox. Avec un short XXL qui tombe jusqu’au milieu du tibia, un maillot extra large affublé de toutes sortes d’écussons ou de mots en anglais, une coupe de cheveux venue d’un autre âge et une foison d’accessoires mode ou de tatouages pour mystifier l’autre (bandana, chaînes, lunettes).
Mais après la parade, l’heure est au comportement sur le terrain. Et, en un contre un, le mot hiérarchie prend tout son sens. On est bon ou on est mauvais. Un esprit que respecte à la lettre le titre développé par Black Ops.
L’as des as

Pour devenir un as du basket de rue, le joueur doit apprendre à maîtriser toute une panoplie de dribbles, de feintes et de gestes alambiqués destinés à mystifier l’adversaire et le laisser sur place. S’il est très difficile de décrire en quelques mots les coups disponibles, voici la liste non exhaustive de ces gestes au nom barbare tels que : horseshoe dribble, orbital, cross shuffle, watch da ball, diamond cross, off da charts, spinaaa, wax off, etc. Seuls les fins connaisseurs de ce sport salivent déjà… Car la force du titre de Black Ops est d’inclure cette multitude de gestes hors normes. Un point positif qui permet à And1 Streetball de ne pas succomber à la léthargie des jeux de basket du même genre qui peinent à être percutants et originaux.

Le secret : l’entraînement

Don’t worry, bud ! Si tu n’a jamais joué au basket, And1 Streetball propose un menu entraînement qui permet de se familiariser avec tous les coups disponibles. En quelques minutes, le joueur enchaîne un à un tous les gestes qu’il n’aurait jamais imaginé pouvoir réaliser en vrai. Un réel plaisir de découvrir toutes ces possibilités.
Le I-Ball se joue du stick droit et gauche et de la gâchette droite… à vous de trouver le bon enchaînement pour pourrir votre adversaire et lui marquer un maximum de paniers. Mais, pour devenir une bête, il n’y a pas secret : faut s’entraîner !
Créer son perso : se faire une bête de rue

Focalisons-nous sur le mode story baptisé Mixtap Tour And1. Le principe est de remporter les mini-jeux, de participer à tous les Open Runs et de remporter chaque Main Run pour engranger un maximum de points de respect, unique moyen pour passer aux étapes suivantes. Pour cela, il convient alors de se créer son avatar et de le personnaliser : taille, musculature, coupe de cheveux, tatouage, tenue, etc. Mais il faut également acheter des points à répartir entre différentes aptitudes : la force, la vitesse, l’endurance, l’efficacité des dribbles et la portée des tirs. Une fois votre bête configurée, l’heure est au un contre un. Pour chaque partie remportée : de l’argent, de quoi améliorer les compétences de son personnage. Et ainsi de suite jusqu’à la fin. Au final, And1 Streetball n’excelle pas par son dynamisme ou ses qualités physiques, mais procure de bonnes sensations et c’est l’essentiel.

Test réalisé par Richard Roger.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux fans de basket
- A ceux qui rêvent d’imiter leurs idoles
- Aux joueurs des rues


Vous aimerez si vous avez aimé :
- NBA Street V3
- Street Hoops