Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Aliens versus Predator 2

Aliens versus Predator 2

Revoilà les bestioles qui grimpent aux murs, les Marines qui n'en mènent pas large et les Predators collectionneurs de trophées en forme de tête !
Cette seconde mouture des Aliens contre les Predators n'a plus grand-chose à voir avec la précédente. Un moteur tout neuf, de nouvelles habiletés pour chaque protagoniste, un scénario et des environnements divers et entrelacés. Bref, trois jeux en un... qui s'en plaindra ? Instinctivement, on songe à débuter par le Marines, une fois de plus empêtré à l'intérieur d'un immense complexe délaissé de ses colons pour l'on ne sait quelle raison. Cette première partie du jeu en mode Solo s'apparente plus que jamais au film de Cameron, Aliens : mêmes vaisseaux et véhicules, mêmes environnements et scénario terrifiants.

Impec, le LithTech !

Le nouveau moteur LithTech fait ici des merveilles pour peu que votre PC puisse suivre ! Le mode 32 bits en résolution 1600 x 1200 toutes options activées vous plonge dans une ambiance oppressante à souhait.La gestion des ombres et lumières est impeccable, surtout
lorsque le Marine active sa torche. Et désormais, il ne part plus les mains vides ! Il dispose d'une force de frappe ahurissante à commencer par le couteau de combat, heu, par le lance-flamme plutôt, suivi du lance-grenades et du lance-roquettes. Des armes lance-quelque chose à utiliser avec précaution, surtout dans les conduits d'aération...
Dans la poitrine du Marine

De son côté, petit alien deviendra grand. Chez Monolith (les développeurs), on a poussé le concept jusqu'au bout puisque le jeu débute dans la peau d'un "Facehugger" à la recherche d'un humain. Il faudra lui sauter à la figure, s'extraire de sa poitrine puis se régaler d'insectes avant d'atteindre la taille adulte. Là encore, le moteur fait merveille : on se déplace rapidement à 360°, sur toutes les surfaces.
Gueule en bas, en biais, en diagonale, etc. Le repérage est aisé grâce à l'ajout de petites flèches indiquant la position du plancher des vaches. L'alien a pour lui la vitesse et la faculté de voir dans le noir. Il peut littéralement se jeter sur ses victimes grâce à une commande spécifique. Et s'il est mal en point, il suffit de croquer la tête de quelques humains effrayés (les mâchoires s'avancent automatiquement) pour récupérer de la vie.

Dans la peau du chasseur

Reste le Predator, certainement la partie la plus jouissive du jeu. Un mode de vue spécifique pour traquer les aliens ou les Marines, la faculté
de sauter très haut afin de se déplacer d'arbre en arbre et la capacité de devenir invisible.
Qui n'a pas un jour rêvé de se muer en roi de la jungle ? Ajoutez à cela un fusil sniper, le fameux disque récupérable à distance et la faculté de se soigner. Mais attention car il faudra gérer l'énergie au même titre que les munitions, plutôt rares sur cette planète.
Sur le net, la chasse est ouverte

Le mode Multijoueurs permet de s'écorcher en réseau local ou sur Internet en deathmatch ou team deathmatch. Une excellente alternative aux trois campagnes, plutôt courtes mais intenses. Aliens versus Predator est donc un jeu très prenant à la jouabilité impeccable et qui s'adresse avant tout aux amateurs de Quake-like et aux fans d'action aimant bien se faire peur dans le noir. Les débutants préfèreront peut-être un Max Payne, plus facile d'approche.

Test réalisé par Stéphane Philippon

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Ceux qui possèdent une grosse configuration
- Ceux qui n'ont pas peur dans le noir
- Un public adulte


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Aliens versus Predator
- Unreal