Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

50 Cent : Bulletproof

50 Cent : Bulletproof

50 Cent, alias Curtis Jackson, la star du rap US, possède désormais son propre jeu vidéo. Si le titre semble à l’épreuve des balles, il est loin de résister à la critique.
Développé par Genuine Games, 50 Cent : Bulletproof emprunte à la culture rap l’un de ses représentants les plus en vogue : 50 Cent. On y voit le virulent rappeur new-yorkais dans un rôle inédit et qui fait actuellement feu de tout bois entre musique, cinéma et donc jeu vidéo. Oui mais voilà, il ne suffit pas de mettre 50 centimes dans un jeu pour que ce soit une entière réussite...

On fait Fifty, fifty ?

Bulletproof s’apparente au genre action / aventure, alors que l’on retrouve "50" dans un scénario l’opposant au syndicat du crime et aux gangs les plus puissants de New-York. Aidé de la G-Unit, l’équipe composée de ses fidèles acolytes, il s’agit d’enchaîner les missions de nettoyage avec une brutalité non retenue. Violence gratuite, dialogues très crus, on ne se trouve pas loin d’un Grand Theft Auto : San Andreas en terme d’atmosphère. Mais mieux vaut arrêter là la comparaison, tant la suite n’a vraiment rien d’affriolant.
Il faut avouer que l’avatar virtuel de 50 Cent est ressemblant, d’autant que le rappeur a prêté sa voix à la réplique pixellisée qui arpente les rues de Big Apple. Cerise sur le gâteau pour les puristes, Eminem et Dr. Dre occupent deux rôles de choix dans l’histoire principale.
50 Cent super commando

50 Cent récupère un arsenal digne de Terminator à travers les niveaux : pistolet automatique, fusil d’assaut, canon scié, lance-roquettes, tous les moyens sont bons pour exploser les vilains. Mais un problème se pose rapidement cela dit. La jouabilité s’avère d’une lourdeur désagréable. Absence de verrouillage de cible, un système de visée maladroit, un pool d’actions trop sommaire et une intelligence artificielle au rabais. Certes, il est possible de débloquer plus d’une vingtaine d’exécutions mais elles ne sont pas réalisables à tous bouts de champ et affichent des animations bien en dessous de la moyenne. L’environnement 3D n’a, quant à lui, rien de convaincant, entre textures pauvres et modèles 3D disproportionnés. L’interface brille par son manque de clarté. Pardonnez ce jeu de mots douteux mais au regard de ce que nous proposent les développeurs on ne peut qu’être aigris.

Ca ne vaut pas 50 centimes

On se retrouve trop souvent à chercher la sortie d’un niveau à tâtons, sans repères visuels et des objectifs peu explicites. Ajouté à cela le côté répétitif des niveaux. Si on s’amuse au début, le manque d’originalité des missions nous fait vite rendre la main. 50 Cent : Bulletproof s’appuie sur
la renommée du rappeur et sur la sortie du film de Jim Sheridan pour espérer rallier à sa cause une poignée de gamers fans de rap US mais rien n’y fait. La réalisation est bancale, le scénario fade et ce ne sont pas les quelques bonus vidéos de 50 Cent qui peuvent remonter le niveau global plus que médiocre.Bref, il vaut mieux oublier la sortie de ce soft et écouter le dernier album musical de l’artiste, qui lui mérite plus qu’une aumône à 50 centimes.

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux collectionneurs
- A ceux qui veulent incarner 50 Cent
- Aux joueurs qui ne craignent pas d’être déçus par leur idole


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Le dernier album audio de 50 Cent